Monnaie unique de la Cedeao: réunion de la Task force présidentielle à Accra

La capitale ghanéenne Accra abrite, mercredi prochain, une réunion de la Task force présidentielle chargée par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) de la mise en œuvre du projet d’une monnaie unique dans l’espace de la sous-région.

Les chefs d’Etats ivoirien Alassane Ouattara, ghanéen Nana Akufo-Addo, nigérien Mahamadou Issoufou et nigérian Muhammadu Buhari, composant la Task force présidentielle de la CEDEAO

Les chefs d’Etats ivoirien Alassane Ouattara, ghanéen Nana Akufo-Addo, nigérien Mahamadou Issoufou et nigérian Muhammadu Buhari, composant la Task force présidentielle, se pencheront sur les moyens à mettre en œuvre en vue d' »accélérer le processus de création de la monnaie unique de la CEDEAO », indique un communiqué relayé lundi par les médias sénégalais.

L’objectif de cette réunion est d’adopter une nouvelle feuille de route pour accélérer le processus de création de la monnaie unique, souligne la même source, notant que cette réunion de la Task force présidentielle a été précédée, les 17 et 18 février, par une séance de travail technique préparatoire et, le 19 février, par une réunion du comité ministériel.

En janvier dernier (17-19), la capitale nigériane Abuja, avait reçu une quarantaine d’experts régionaux qui ont travaillé sur la nomenclature de la nouvelle feuille de route, rappelle le communiqué relevant que le document issu de leurs travaux sera soumis aux quatre chefs d’Etat à Accra.

Lors de la précédente réunion tenue le 24 octobre 2017 à Niamey, au Niger, la Task force présidentielle avait instruit le Comité ministériel pour organiser, dans un délai de 3 mois, une réunion au cours de laquelle une nouvelle feuille de route serait soumise aux chefs d’Etat et de gouvernement membres de la Task force présidentielle.

Chargée d’accélérer le processus de création de la monnaie unique, la Task force présidentielle vient en appui au programme de coopération monétaire, lancé en 1987 pour parvenir à la création d’une zone monétaire unique pour l’espace CEDEAO. Son rôle est d’accompagner et d’éclairer les décideurs sur le processus d’intégration monétaire, de suivre l’état d’avancement des travaux pour la création de la monnaie unique, et de contribuer à lever les contraintes.

S’inscrivant dans le cadre de l’opérationnalisation de la vision des chefs d’Etat de la CEDEAO, la création d’une monnaie unique est projetée pour 2020.

Actuellement, l’espace CEDEAO est caractérisé par la coexistence de plusieurs monnaies. Si les huit pays de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine (UEMOA), à savoir le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo ont le franc CFA en commun, la Gambie, le Ghana, la Guinée, le Liberia, le Nigeria, la Sierra Leone et le Cap Vert ont chacun leur monnaie.

Le président de la Commission de la CEDEAO, Marcel de Souza, avait estimé, dernièrement à Monrovia, qu’il était impossible d’instaurer une monnaie communautaire « avant 5 ou 10 ans ».

Intervenant, en juin dernier, à l’ouverture de la 78ème session ordinaire du Conseil des ministres de la Communauté, de Souza a invoqué « la non convergence actuelle des économies des Etats membres de la CEDEAO » pour justifier l’impossibilité de réaliser la monnaie unique avant cette échéance.