Culture, luxe et traditions: il était une fois… le caftan judéo-marocain

Tenue d’apparat des Marocaines, le caftan n’est pourtant pas l’apanage d’une tradition arabo-musulmane.

Fruit de notre métissage culturel, le caftan a été adopté dès son apparition au Maroc par les femmes juives.

Tenue traditionnelle portée au quotidien par les femmes juives marocaines à partir du début du XXe siècle, le caftan est également la tenue d’exception que l’on porte pendant les cérémonies de mariages ou lors d’occasions spéciales comme la Mimouna.

Le caftan judéo-marocain tire une partie de ses origines de l’Espagne de la Renaissance. Les appellations de certaines de ses composantes, à l’instar de la «zeltita», y font d’ailleurs référence et sont toujours en vogue, en Castille par exemple, où ce terme désigne une jupe typique de la région. Ces influences espagnoles, le caftan les doit aux couturiers et brodeurs juifs chassés de la cour d’Espagne au XVe siècle.

Véritable héritage de ce savoir-faire: la keswa el kebira, portée par les mariées. Ce caftan se compose de trois pièces qui font la part belle à un métissage maroco-andalou. On retrouve ainsi la «zeltita», vaste jupe dont la coupe diffère en fonction des régions du Maroc. Un gilet ou «gomabaz » aux manches bouffantes qui se retroussent sur les épaules et enfin en guise de plastron, le «ktef», la pièce la plus précieuse de la tenue, en raison de ses riches broderies d’or ou d’argent.

Autres particularités de cette tenue, des motifs typiques de régions du Maroc. Le motif baptisé «aile d’or» que l’on retrouve sur le bas des jupes est ainsi répandu dans la région de Rabat. Quant aux motifs en spirale faits de galons tressés au fil d’or, ils sont représentatifs de la région du Nord. D’autres motifs tels que l’oiseau, l’arbre de vie ou l’étoile de David, autant de symboles du judaïsme, se retrouvent également au bas de ce caftan, ou brodés sur les aâkads de la tenue.

A découvrir au Musée du Judaïsme marocain

81 rue Chasseur Jules Gros, Casablanca

Tél.: 05 229-94 940