Casablanca: la police réfute toute arrestation pour « atteinte aux mœurs » dans une mosquée en construction

La préfecture de police de Casablanca a démenti « catégoriquement », mardi, les arrestations pour atteinte aux mœurs dans une mosquée en construction à Hay Hassani.

La même source rappelle, dans un communiqué, que des médias ont attribué aux services de police de ce district « l’interpellation de trois individus, dont une fille âgée de 17 ans, alors qu’ils étaient en train de s’adonner au sexe collectif dans une mosquée en construction ».

La version des autorités de cet incident est de son côté très différente de celle reportée par la presse. La préfecture de police fait état d’une plainte déposée, vendredi dernier, par le gardien du chantier, situé dans l’avenue Bouregreg, pour « insulte, injure et menace » contre des maçons voulant passer la nuit dans les appartements annexes de la mosquée qui, une fois le chantier achevé, devront être régis par le système du Waqf.

« Les services de police de Hay Hassani ont enregistré la plainte du gardien, qui était accompagné d’une proche ayant été, elle aussi, victime d’agression verbale, quand elle lui a ramené de la nourriture de la maison », relate le communiqué.

« Il a été également procédé à l’audition du président de l’association en charge du chantier et l’un des mécènes, dans l’attente de l’écoute des personnes mises en cause dans la plainte », souligne la même source.