Infantino, l’ami des Américains qui ne cache pas sa partialité

En autorisant la présentation du dossier américain à la COSAFA, Gianni Infantino a fait preuve d’un favoritisme flagrant envers la candidature de l’Amérique du Nord.

Une brèche que le Maroc doit exploiter pour attirer la sympathie de plusieurs pays.

À l’occasion de la réunion du Conseil des Associations de football en afrique australe (COSAFA), la délégation du trio USA-Mexique-Canada a pu effectuer une présentation de sa candidature pour organiser le Mondial 2026, et cela en présence du président de la FIFA, Gianni Infantino, indique Al Akhbar du 19 février.

Cet exposé qui vise à séduire les pays de l’Afrique est une grave violation au règlement de l’instance mondiale du football qui interdit la promotion des dossiers des pays candidats. Or Infantino avait interdit toute forme de promotion aux représentants de la candidature du Maroc lors de l’AG de la CAF qui s’est déroulée à Casablanca,

En pratiquant la politique des deux poids deux mesures, Infantino a permis aux Américains de venir chasser des voix sur le terrain de l’Afrique qui est le principal atout du Maroc.

Pour justifier sa méprise, Infantino a envoyé une missive à toutes les fédérations pour expliquer qu’il est désormais possible aux pays candidats de faire des exposés de leurs dossiers devant les «instances footballistiques». Une formule vague qui laisse penser qu’Infantino cherche à couvrir ses arrières.

Selon Al Akhbar, ce scandale a attisé la colère du comité de la candidature de Maroc 2026, mais y voit aussi une opportunité à exploiter pour avoir plus de visibilité. En effet, selon une source au sein de ce comité, le Maroc pourrait saisir la commission d’éthique de la FIFA pour obtenir le droit pour tous les candidats de présenter leurs dossiers de candidature de façon équitable.

L’autre manière d’exploiter cet incident consiste à attaquer le dossier USA-Mexique-Canada en allant chercher le soutient des pays de l’Amérique du Sud qui ont longtemps souffert de la domination américaine et son interventionnisme dans leurs politiques internes.