Le chef Moha enseigne la gastronomie pour lutter contre la déscolarisation

Le désormais célébrissime Chef Moha Fedal, ambassadeur de la gastronomie marocaine à l’international, fait parler de lui. Cette fois-ci, il le fait non pas pour l’un de ses délices revisités ou pour l’ouverture de l’un de ses nouveaux restaurants, mais pour son action auprès de l’association caritative Education for All Morocco (EFA).

Une initiative que le chef entreprend en partenariat avec l’ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc, Thomas Reilly, et qui profite aux jeunes filles pensionnaires des foyers de l’association caritative Education for All Morocco (EFA). C’est aussi l’occasion de mettre en exergue ces pensions gratuites qui ont sauvé plusieurs filles du décrochage scolaire et qui fonctionnent uniquement avec les dons. Fondée en 2007, EFA gère cinq centres avec quelque 187 jeunes filles en pension.

Son objectif est de donner l’opportunité d’une éducation secondaire aux filles de la région montagneuse du Haut Atlas. Les écoles secondaires, situées principalement à plusieurs kilomètres dans les grandes villes, ne leur sont pas accessibles et les parents découragés préfèrent garder leurs enfants à la maison. En effet, l’éloignement des écoles et collèges et l’absence de moyens sont les premières raisons à la déscolarisation des filles dans cette région.

Un constat souvent mis en exergue par les différents études et rapports sur le décrochage scolaire dans le rural. Depuis 2007, le destin de quelques-unes a changé avec le premier foyer d’EFA. Le plus grand défi fut d’abord de convaincre les 12 premières familles à y envoyer leurs filles et poursuivre ainsi leur collège à Asni.

L’approche adoptée pour motiver les parents de ces filles devait prendre en considération tous les paramètres culturels et prendre en compte la situation des parents qui, très souvent, n’ont pas les moyens pour subvenir aux charges. Après la première expérience de Dar Asni et la satisfaction de la communauté, EFA met en place un deuxième foyer au centre de Talaat-n-Yacoub, Dar Tinmel, une des zones les plus reculées du Haut Atlas, ensuite un troisième centre à Ouirgane.

Deux ans plus tard, la demande est tellement grande que l’association britannique ouvre deux nouvelles maisons dont une à Asni. L’esprit du foyer d’accueil d’Education For All est de donner aux filles plus qu’un dortoir, une famille. Chaque foyer est chapeauté par une responsable de maison, qui gère les emplois du temps et le déroulement de la vie au sein du foyer. Tout y est fourni gratuitement: hébergement, 3 repas nutritifs par jour, douches chaudes, accès aux nouvelles technologies.

Un programme de soutien à l’étude a été mis en place grâce aux bénévoles et des mères locales dévouées. Des étudiants de l’étranger mais aussi du Maroc viennent donner un coup de main pour le soutien scolaire. «L’environnement général a facilité l’épanouissement des filles dans leurs études avec un taux de réussite moyen de 90% pour toutes les années», indiquent fièrement les fondateurs de l’association.

Le projet communautaire a permis aux premières filles accueillies au foyer Dar Asni de poursuivre aujourd’hui leurs études supérieures. 50 filles issues de ce programme sont inscrites à l’université.