(Vidéo) Le gouvernement va accorder 1000 DH à un million de familles pauvres

Le ministre des Affaires générales et de la gouvernance, Lahcen Douadi, a annoncé lundi que le gouvernement s’apprête à accorder 1.000 dirhams mensuellement à un million de familles afin de supprimer la caisse de compensation.

Au moment où le gouvernement se penche sur le recensement des classes démunies afin de les enregistrer au Registre social unifié (RSU), projet informatique ciblant les bénéficiaires des programmes sociaux dans le cadre de l’accompagnement des procédures de réforme globale du régime de compensation, Lahcen Daoudi annonce que le gouvernement s’apprête à accorder 1.000 DH mensuellement à un million de familles marocaines, ce qui représente 4 à 5 millions de Marocains.

En réponse à une question orale au Parlement relative au système de compensation, le ministre des Affaires générales et de la gouvernance a relevé que la problématique à laquelle le gouvernement fait face aujourd’hui réside dans l’absence de ciblage. «Nous disposons d’enveloppes budgétaires, mais le problème du système de compensation est qu’il ne profite pas aux personnes qui en ont le plus besoin», a-t-il déclaré, soulignant qu’un «pauvre n’est pas censé utiliser 100 bouteilles de gaz butane par jour», en référence aux grands agriculteurs.

Selon le ministre, accorder à un million de familles marocaines une subvention moyenne de 1000 dirhams coûterait à l’État 12 milliards de dirhams annuellement. Et d’ajouter qu’un certain nombre de programmes d’aides sociales mis en place par le gouvernement représentent un budget d’environ 20 millions de dirhams. Il s’agit de la caisse de compensation, des programmes «Un million de cartables» et «Tayssir», ainsi que du soutien aux veuves et femmes divorcées.

Le gouvernement œuvre ainsi à unifier les données sur tous ses programmes à travers le Registre social, avant de s’attaquer à l’identification des classes bénéficiaires des programmes sociaux, afin de réformer le régime de compensation.

À lire aussi:
Appel au Jihad contre la pauvreté