Cette Marocaine a lancé une ligne de t-shirt avec des messages contre le harcèlement de rue

Lutter contre le harcèlement du rue, en affichant la couleur (et le message) sur ses vêtements, c’est l’idée engagée développée par Rabiâ Franoux Moukhlesse. Quand elle revient au Maroc, après plusieurs années passées en France, l’artiste retrouve une société bien différente de celle qu’elle avait quittée. « En 1999, je sortais dans la rue en short et personne ne m’adressait la parole, à part quelques dragueurs lourds », explique-t-elle.

« À mon retour en 2017, je me suis assise à la terrasse d’un café, et j’ai été choquée par les réactions des hommes quand des jeunes femmes passaient à côté », se souvient-elle, expliquant que cette situation l’a poussée à réagir. Rabiâ Franoux Moukhlesse décide alors de créer « BY RFM Les Chieuses » (ses initiales), une ligne de t-shirt à messages qui a récemment vu le jour. « Je sais que de nombreuses femmes ont peur de répondre, et c’est à ça que sert ce t-shirt: leur permettre de réagir sans même avoir à parler », dit-elle.

Pour ses premières ventes, Rabiâ s’associe avec l’association ESPOD, un « acteur en matière de promotion économique des femmes et du développement de l’entrepreneuriat féminin au Maroc », explique-t-elle. Une première expérience qui rencontre un franc succès auprès des visiteurs, rapporte la créatrice.

Selon Rabiâ, ces t-shirts à message sont surtout le moyen de créer un dialogue entre les hommes et les femmes. « Quand des hommes voient une femme qui se balade avec quelque chose d’écrit sur leurs vêtements, ça les interpelle. Ils se poseront des questions. Et quand on se pose des questions, c’est qu’on s’intéresse à ces sujets et c’est là que l’on peut leur expliquer. »

Une aventure solidaire

Pour Rabiâ Moukhlesse Franoux, « BY RFM Les Chieuses » est avant tout une aventure solidaire. La marque est actuellement à la recherche de boutiques marocaines susceptible d’accepter de vendre leur t-shirt. En retour « BY RFM Les Chieuses » reversera un tiers du prix des t-shirt à une association de leur choix. « Par exemple, pour un T-shirt vendu 150 Dh, la répartition se fait de manière équitable avec 50 Dh pour la matière première, 50 Dh pour la fabrication-création et 50 DH au profit de l’association choisie », explique l’artiste dans un communiqué.

Et Rabiâ Moukhlesse Franoux ne compte pas s’arrêter aux T-shirts, puisqu’elle aspire à créer une ligne de maillots de bain et caleçons pour l’été prochain