Culte: le Maroc premier contributeur à la construction de mosquées en France

Selon une enquête publiée en France par le Journal du dimanche, 80% du financement des mosquées dans l’Hexagone provient de la «zakat» (l’aumône) et des dons émanant des fidèles de la communauté musulmane, dont les membres sont entre 4 et 6 millions.

Parmi les pays contributeurs, le Maroc est le principal soutien financier à ces ouvrages avec un budget qui s’élève à 6 millions d’euros. Les contributions viennent aussi de donateurs privés étrangers.

Le Royaume devance l’Arabie saoudite, dont les financements sont estimés à environ 3,8 millions d’euros, et l’Algérie qui participe à hauteur de 2 millions d’euros.

En France, le financement des mosquées constitue un véritable casse-tête pour les politiques. En effet, depuis la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat de 1905, il est interdit aux autorités de participer à la construction des lieux de culte. Toutefois, avec la montée des courants qualifiés de radicaux, l’Etat français tente de contrôler les flux d’argent venant de l’extérieur, tout en insistant sur la nécessité de conserver intact le principe de non subvention de lieux de culte.

Ces lieux sont donc financés par les membres des communautés religieuses, qui cherchent des soutiens à l’étranger, et notamment dans leur pays d’origine, même si de plus en plus de municipalités participent indirectement à la construction de ces lieux via la mise à disposition de terrains constructibles ou en finançant les parties culturelles des édifices.

On compte un peu plus de 2.450 mosquées en France, implantées surtout dans les grandes villes. En France, en moyenne, chaque année, environ 150 mosquées ou lieux de culte musulman sont construits, rénovés ou agrandis.