La richesse culturelle du Maroc en photos

À la façon du site culte Humans of New York, Ziri Ouchen et Abderrahman Amazzal deux jeunes photographes mettent en avant les Marocains dans toute leur humanité, en postant des photos de personnages accompagnées d’une légende retraçant leurs histoires et leur quotidien.

Tout le monde y passe. Les jeunes, les vieux, les enfants, les femmes… L’objectif est de se rapprocher des Marocains, de les rencontrer et d’apprendre un peu plus sur eux, le tout en un regard et en une seule photo.

Voici quelques exemples pris au hasard de la page Facebook de Humans of Morocco qui en témoignent:


“J’ai passé toute ma vie à travailler dans ce four traditionnel“


“Je n’ai rien à dire”


“Saving people from sinking really makes me the happiest human being on earth. I remember having to save a man, whose body is way bigger than mine” – « Sauver les gens du naufrage fait vraiment de moi l’être humain le plus heureux de la terre. Je me souviens d’avoir sauvé un homme, dont le corps était beaucoup plus grand que le mien « 


” Une djellaba en laine est le seul remède contre le froid”


”What are your rights, as a human being?” – « Quels sont vos droits, en tant qu’être humain. »
”Oh, that’s easy. To have one million dirhams” – « Oh, c’est facile. Avoir un million de dirhams « 
”What for ?” – « Pourquoi ? »
”To cherish my wife and cover her with gifts” –  « Pour chérir ma femme et la couvrir de cadeaux »
”Won’t you marry another woman once you’re rich ?” – « Epouseras-tu une autre femme une fois que tu seras riche? » 
”No. One is enough for me. And I can’t, because i’m crazy about her” – « Non. On est assez pour moi. Et je ne peux pas, parce que je suis fou d’elle « 

« Il n’y a pas une seule ville marocaine où je n’ai pas répandu l’amour ou l’amitié. De Tanger à Rabat  en passant par Marrakech aujourd’hui. Je vends des bouquets d’amitié à une époque où personne ne croit en l’amitié. Les bouquets sont mon propre design, ils sont des morceaux d’art et d’humanité »


”Un message que vous souhaiter passer?”
”Éduquer son enfant ne veut pas toujours dire un passage par la correction physique. Moi par exemple je n’ai jamais utilisé la violence contre mon enfant dans le but éducatif. L’enfant est quelqu’un d’intelligent et si les parents ont usage de l’intelligence dans son éducation alors l’enfant va écouter et surtout va s’exécuter »


”Ton plus grand combat?”
”Après une opération délicate de ma colonne vertébrale qui m’a obligé de prendre du repos pendant une longue durée, mon combat durant cette période était de reprendre goût à la vie. Avant cette opération j’avais fait l’achat de tout le matériel peinture d’un peintre qui voulait déménager vers une autre ville. Durant ma période de convalescence j’étais séduit par l’attirance de cet ensemble de tubes de peinture alors depuis je n’ai pas arrête de peindre sur papier comme sur mur.”


”Ton plus grand regret ?”
”Tu viens de réveiller un vieux souvenir de ma vie. J’avais l’occasion d’aller travailler aux Pays Bas et j’avais refusé, par nationalisme ou par naïveté je dois avouer que je n’en sais rien.”
”Imaginons une nouvelle chance d’aller aux Pays Bas?”
”Je ne vivrai plus un seul jour dans ce bled.”


”Nous sommes les meilleures amies du monde et au quartier où nous vivons et à l’école”


”C’est quoi votre plus grand rêve?”
”Aller en Écosse”