« Défi de la baleine bleue », le nouveau jeu tueur d’ados

« Blue Whale Challenge » est un défi dangereux. C’est sur les réseaux sociaux qu’il démarre. Un « parrain » ou un « tuteur » cible un enfant de 12-15 ans et lui lance une série d’une cinquantaine de défis de risque croissant allant de la privation de sommeil à l’écoute de musiques violentes en passant par les scarifications et jusqu’à l’ultime étape du suicide. Pour le ministère de l’Intérieur français, on est face à du cyber harcèlement. « Au fur et à mesure des défis, les parrains exercent une influence de plus en plus importante pouvant aller jusqu’aux menaces de mort », comme les autorités l’expliquent sur leur site Internet.

Le cas d’un enfant passionné par le défi de la baleine bleue mobilise les autorités de Benguerir. Très avancé dans le jeu, l’enfant a essayé d’entraîner ses amis dans son divertissement funeste.

Après plusieurs rumeurs annonçant des suicides d’adolescents qui jouaient au Blue whale challenge, rumeurs qui s’étaient avérées jusqu’ici sans aucun fondement, voilà qu’Al Massae publie, dans son édition de ce jeudi 8 février, l’histoire d’un jeune garçon sauvé in extremis grâce à la vigilance de son père.

Le quotidien précise que le père de l’enfant a alerté le pachalik de Benguerir, après avoir découvert l’addiction de son fils de 12 ans à ce jeu morbide. Cette information a mobilisé les autorités de la ville qui ont pris des mesures d’urgence, à commencer par une expertise psychiatrique pour estimer l’impact du jeu sur l’enfant.

Les sources d’Al Massae indiquent également que les autorités locales ont mené une enquête qui a révélé que l’enfant avait essayé de partager sa passion avec quelques-uns de ses amis. Il les invitait à relever des défis proposés pas les concepteurs du jeu. Cela commence par l’isolement et se poursuit par le visionnage de séquences vidéo horribles, l’automutilation, l’agression d’autrui, pour parfois aller jusqu’au suicide, dans un laps de temps ne dépassant pas 50 jours.