Scandale. Une vidéo humiliante sortie d’un bloc opératoire choque au Maroc

Une vidéo filmée dans un bloc opératoire, diffusée par un membre d’une équipe médicale et portant gravement atteinte à la dignité du patient fait scandale sur les réseaux sociaux. Ministère et profession réagissent. Sans convaincre.

La vidéo a été diffusée pour la première fois vendredi 2 février. On y voit une équipe médicale entourant un patient et essayant d’extraire de son anus un objet qui s’avérera être une petite canette de soda. Le patient inconscient et nu ignore qu’il est filmé. Et c’est ce qui rend la scène encore plus choquante. Le fait qu’une personne au sein de l’équipe médicale ait pris la liberté de filmer ces images, devant le regard impassible des autres membres, porte atteinte aux droits des patients. Or, ce n’est pas la première qu’une aussi flagrante infraction du secret médical se produit.

Les réseaux sociaux ont fait le reste en relayant la scène, certains pour dénoncer un «crime» contre la dignité du patient, d’autres pour railler ce dernier. Mais tous dénonçaient de manière unanime le peu de discrétion du staff médical. Le ministère de la Santé a réagi quelques jours après que le scandale a éclaté et annoncé l’ouverture d’une enquête pour connaître l’hôpital ou la clinique où la scène a été tournée et découvrir l’identité des membres du staff en question.

La profession, elle, temporise. S’il avoue qu’il s’agit clairement d’un acte condamnable et passible de lourdes sanctions, Moulay Abdelalaoui Mountadar, secrétaire général du syndicat indépendant des médecins du secteur public, affirme qu’il s’agit de cas isolés. «Il faut attendre les résultats de l’enquête du ministère pour vérifier l’authenticité de cette vidéo et pointer du doigt les responsables, mais il faut aussi s’abstenir d’insulter toute la profession», déclare-t-il.

En attendant, les cris d’indignation ne sont pas près de se calmer. De nombreuses ONG sont montées au créneau pour dénoncer une «grave atteinte aux droits de l’Homme». Parmi elles, un collectif regroupant 5 associations de défense des droits des homosexuels. «Ladite vidéo fait preuve d’un acte de dérision et d’une atteinte à la dignité du patient en question, supposant, sur la base d’un pré jugement infondé, qu’il s’agit d’un patient homosexuel», peut-on lire dans un communiqué. Pour le collectif, cet incident dénote un «manque de respect flagrant de la part de certains professionnels de la santé qui ont mis en péril non seulement la dignité de ce patient, mais aussi sa sécurité et son intégrité physique et émotionnelle en présumant de ses orientations sexuelles sur la base d’un préjugé sachant que cela porte une grave atteinte a la déontologie du métier». Affaire à suivre.