10 gestes qui énervent les recruteurs en entretien

Il n’y a pas que vos paroles qui sont analysées lors d’un entretien d’embauche. Les recruteurs vous évaluent aussi sur votre attitude et votre façon de vous tenir. Et certains gestes ont le don de les énerver. Voici 10 des postures à éviter.

1. Une poignée de main molle
Premier contact entre le candidat et l’employeur, la poignée de main donne le ton à l’entretien. Elle est déjà révélatrice d’une certaine personnalité : timide, assurée, prétentieuse ou effacée.

« La poignée de main idéale est franche, sans être trop appuyée », avance Julie Isabelle-Binon, fondatrice du cabinet de recrutement Team RH.

Veillez à ne pas avoir les mains moites ou collantes, l’impression laissée serait peu agréable… Geste banal mais à la fois capital!

2. Les bras croisés

« Un candidat assis les bras croisés est sur la défensive. C’est un signe de repli et de protection. Il n’est pas ouvert à la discussion. Or, un entretien d’embauche, c’est avant tout un échange », estime Stéphane Pille, directeur commercial du cabinet de recrutement CHR Profil.

3. La main devant la bouche
Parler avec les doigts sur les lèvres ou la main en opposition avec la bouche interpellera toujours le recruteur.

« Cette gestuelle traduit une certaine contradiction. Le candidat est vraisemblablement en train de mentir ou, tout du moins, de masquer la vérité », commente Stéphane Pille.

4. Le regard fuyant ou trop insistant
Tous les professionnels du recrutement vous le diront : rien de pire qu’un candidat qui fuit la confrontation du regard. Ce n’est pas avec la fenêtre ou vos chaussures que vous avez rendez-vous. Cette attitude peut froisser votre interlocuteur, en plus de créer une profonde gêne.

Un regard fixe insistant n’est pas non plus très apprécié. Il traduit une assurance trop prononcée et inverse le rapport de force, ce qui a le don d’énerver les recruteurs.

5. Les sourcils froncés
Prenez garde quand vous froncez les sourcils. Cela traduit que vous n’êtes pas en accord avec ce qu’expose votre interlocuteur. Vous remettez en cause ses paroles en faisant appel à votre jugement de valeur. Si, dans certains cas, cet esprit critique est bien vu, à répétition, il peut froisser le recruteur.

6. Les coudes sur le bureau
En entretien, l’espace réservé au candidat se limite à la chaise sur laquelle il est assis. Prendre ses aises sur le bureau de l’interlocuteur peut choquer. Même les coudes n’y ont pas leur place.

« Un candidat qui s’installe et empiète sur l’espace personnel de son interlocuteur est perçu comme une personne envahissante et un peu trop sûre d’elle », commente Nicolas Tertrais, consultant associé dans le cabinet de conseils Advisia RH.

7. Utiliser son téléphone portable
Le téléphone portable n’a aucune raison d’être allumé pendant un entretien. Vous devez être à 100 % disponible pour votre interlocuteur. Rien de plus vexant que de répondre à un appel en pleine discussion. C’est un manque de savoir-vivre et le recruteur ne vous le pardonnera pas.

8. Mâcher un chewing-gum
Tout comme le téléphone portable, le chewing-gum est très mal perçu. Mâcher ou manger une quelconque nourriture est un comportement irrespectueux. Soyez conscient que cela peut anéantir la meilleure des candidatures. Certains recruteurs en ont particulièrement horreur.

9. Être avachi sur son siège.
La manière de se tenir assis est peut-être le comportement le plus révélateur pour un professionnel des ressources humaines. Il existe mille et une positions assises.

Stéphane Pille a retenu les plus appropriées « Se tenir bien droit – Être calé au fond de sa chaise – Se tourner bien en face – Ne pas croiser les jambes – Poser les mains sur les cuisses – Oubliez les positions courbées, de travers, avachies ou sur le bord de la chaise.  Elles traduisent toutes une attitude désinvolte », poursuit le directeur commercial.

10. Tous les gestes d’anxiété
C’est sûr, un entretien de recrutement est toujours stressant. Essayez de repérer quels gestes trahissent habituellement votre angoisse, vous serez ainsi plus à même de les éviter : Ne pas savoir où mettre ses mains – Se mordre les lèvres – Jouer avec un stylo – Mordiller un objet – Tapoter sur la table ou l’accoudoir – Taper du pied – Se gratter – Se caresser les cheveux ou la cuisse.

S’il est préférable d’éviter tous ces gestes en entretien de recrutement, ne paniquez pas pour autant si vous froncez les sourcils ou que vous remarquez avoir les jambes croisées. Les profils recherchés ne sont pas stéréotypés.

Surtout que, comme le souligne Stéphane Pille, « ces gestes ne sont pas rédhibitoires, à l’exception peut-être du chewing-gum et du téléphone portable. Ce ne sont pas des critères de sélection mais avant tout des indications sur votre personnalité. »