Radars: des milliers de conducteurs menacés de prison après des PV non payés

Des milliers de citoyens marocains risquent d’être mis en état d’arrestation à n’importe quel moment sous prétexte de l’exécution d’un jugement par la contrainte par corps contre les auteurs d’excès de vitesse épinglés par des radars fixes, rapporte Al Massae mardi.

Al Massae rapporte avoir constaté « des cas choquants » de personnes contrôlées à l’improviste et qui se sont retrouvées menottées comme de vulgaires criminels. En cause: ils feraient l’objet de l’exécution d’un jugement par la contrainte par corps suite à une infraction du Code de la route qu’ils auraient refusé de payer. « Sauf que la majorité des cas concernés n’ont jamais reçu de notification de ces amendes et n’ont été avertis d’aucune étape de la plainte civile déposée par le ministère de l’Équipement et du Transport à leur encontre », avance le quotidien.

La même source fait état du « témoignage troublant » d’une mère qui a été obligée par des éléments de la police d’abandonner son nourrisson et son mari dans une chambre d’hôtel où elle séjournait durant un voyage touristique. « Elle a ainsi été conduite vers une délégation de la sûreté nationale en état d’arrestation parce qu’elle faisait l’objet d’un avis de recherche national émis par la police judiciaire dans une autre ville sur ordre du parquet général », relate Al Massae, expliquant que cette mesure intervient après que la concernée a refusé de payer une amende ne dépassant pas 1000 DH.

Le quotidien ajoute que les documents du dossier judiciaire, pour leur part, indiquent que le tribunal a envoyé à l’adresse officielle de cette femme une notification contenant les détails de la contravention, les délais pour son paiement et les conséquences si elle n’est pas payée. « Sauf que la mise en cause conteste avoir reçu quoi que ce soit, défiant le tribunal de fournir un accusé de réception », conclut le journal.