AGO CAF: Le Maroc n’a plus à démontrer l’étendue de ses capacités organisationnelles

Le Maroc n’a plus à démontrer l’étendue de ses capacités organisationnelles ni à forcer sur ses aptitudes pour nous convaincre de sa volonté de servir le football africain dans les meilleures conditions possibles, a souligné, vendredi à Casablanca, le président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad Ahmad.

« La réussite éclatante du CHAN-2018 que nous vivons, ici, au Maroc depuis le 14 janvier est encore à mettre à l’actif de toutes les bonnes nouvelles de la CAF », a salué Ahmad Ahmad, lors de son allocution, à l’occasion de la 40ème Assemblée générale ordinaire (AGO) de l’instance africaine. S’attardant sur les conditions de cette AGO, M. Ahmad a précisé qu’il s’agit de la première de son genre tenue, après son élection à la tête de la CAF.

« Cette AGO doit marquer un tournant décisif dans la conduite des affaires de la CAF et doit être celle de notre union renforcée, de notre identité de vue sur les grandes questions stratégiques. Je voudrai qu’elle scelle ce pacte d’engagement que j’ai pris vis-à-vis de la confiance que vous m’avez accordée et le soutien permanent que vous témoignez à l’égard des activités de la CAF », a souhaité le Malgache.

Dans ce sillage, le président de la CAF a passé en revue un bon nombre de décisions à même de permettre au football africain de passer au-devant de la scène et de s’adjuger la place qu’il se doit dans la hiérarchie africaine et dont la plupart ont été prises lors du « Symposium historique », tenu en juillet dernier à Skhirat.

Le Comité exécutif a pris la décision d’attribuer une subvention annuelle de 100.000 Dollars à chaque Fédération, la Coupe d’Afrique des Nations se jouerait désormais à 24 équipes nationales et serait organisée en début d’été, nous avons également mis en place des modifications temporelles positives pour les tournois interclubs, a-t-il énuméré, notant, par la suite, que le chemin parcouru est déjà considérable, « mais nous n’en sommes qu’au début de la concrétisation de nos nombreuses promesses ».

Concernant la CAN-2019 au Cameroun, le Malgache a précisé qu’il faut répondre au cahier des charges qui exige des infrastructures, des hôtels, des stades, des hôpitaux et « beaucoup de choses », pour que cette compétition soit « attractive, remarquable et mondialisée ». « Nous nous mobiliserons et mettrons tout en œuvre pour son organisation, son déroulement, sa dimension internationale et sa réussite l’an prochain » a-t-il assuré.

De son côté, le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjâa a signalé que cette AGO se tient parallèlement à la messe du championnat d’Afrique des nations des joueurs locaux (CHAN-2018) qu’abrite le Royaume dans quatre grands stades de haut niveau, relevant que la réussite de ce tournoi était et un défi et une ambition pour le Maroc, afin de présenter son potentiel dans les meilleurs conditions.

« Le développement du football dans le continent reste notre souci premier. Nous travaillons de manière continue pour assurer cette union et ce rassemblement de la jeunesse africaine et créer un espace d’échange footballistique » a conclu M. Lekjâa, également membre du bureau exécutif de la CAF.