Tony: L’histoire d’un caniche égorgé qui provoque un tollé national

« Aujourd’hui je me retrouve doublement victime : d’un meurtrier sans cœur et d’une administration sans foi «  Achraf Damen.

Tel est l’état d’âme affligé d’Achraf Damen, le propriétaire de Tony, un caniche de 6 ans qui a vu son séjour s’allier d’une tournure bouleversante et dont l’histoire tragique a fait le tour de la toile.

Tout commence dans la commune de Bouadel – Province de Taounate, où Achraf est en visite chez sa famille, quand il s’est vu ôter tout ce qu’il avait de plus cher et ce, de la plus atroce et la plus sadique des façons. Le petit caniche dès lors excité de changer de tempérament et d’alentours, se familiarisait en tout bien tout honneur avec les enfants du village à longueur de journée et fidèle à ses siens, remontait au moindre appel. Mais quand Tony tarde le soir et ne revient pas au cocon familial même après 19h dépassée, l’inquiétude s’empare inévitablement d’Achraf.

Et comme tout propriétaire responsable qui se respecte, Achraf sort à sa recherche, mais Tony reste introuvable le premier soir. Présumant un susceptible dognappingqui est d’ailleurs monnaie courante partout au Maroc, Achraf décide de prévenir les autorités locales et notamment la Gendarmerie Royale, pour léguer sa situation critique en de bonnes mains. Il fait ainsi sa première déposition à 3h du matin le soir-même. Le lendemain, une seule et même information circule de bouche à oreille au sein de tous, à l’égard du dognappeur présumé et cette dernière fut donc bien transmise à la Gendarmerie dans le plus bref des délais, dans l’espoir d’accélérer toute procédure. En début de soirée, deux agents décident d’accompagner Achraf au domicile du suspect afin d’inspecter les lieux, après avoir reçu un appel du procureur général dont les instructions étaient de telles.

« Le véhicule des agents de la Gendarmerie, qui devait nous accompagner directement au domicile du suspect afin d’inspecter les lieux, a pris une route différente en chemin et s’est arrêté. Cette déviation nous a paru incompréhensible vu que les agents étaient en mission et que logiquement, dans le respect des procédures ils ne devraient pas dévier de la route ni même retarder un quelconque délai quelque soit la procédure légale, car cela équivaudrait non seulement à un vice de procédure, mais également à une obstruction » souligne Achraf Damen

20 minutes après, les agents rejoignent Achraf, son ami ainsi que son cousin au domicile du suspect. Les agents susdits ont commencé à appeler un prénom d’homme tout en interdisant quiconque d’avancer.

« Nous avons tous entendu le bruit d’un aboiement étouffé » déclare Achraf.

Le lendemain, vers midi, des enfants courent vers Achraf annonçant qu’ils ont trouvé Tony… égorgépoignardé, battu et abandonné sur un tas de pierres non loin d’un domicile affilié au suspect.

« Je pars immédiatement au poste des gendarmes et cette fois-ci ils étaient bien obligés d’agir. La procédure est en cours. Mais comment encore faire confiance à ce système? On a assassiné mon meilleur ami pour me le déposer sous les yeux, et les autorités compétentes ont montré leur incompétence en dénigrant l’importance d’une affaire pourtant simple à résoudre » explique Achraf.

Cette triste réalité met en emphase un récit émouvant où est dénoncé : « une subjectivité et une familiarité incompréhensible envers la famille du suspect, ainsi qu’un manque d’éthique et de professionnalisme, notamment après que les deux agents aient plaisanté de la situation tout en insinuant le dérangement à cause d’un caniche. »

Comble du drame, le rapport des deux agents n’évoque aucunement l’aboiement car jugé « inouï », mais qui a d’ailleurs été entendu par toute personne présente sur les lieux.

« J’appelle tout citoyen marocain, humain, la société civile et les diverses associations de protection des animaux. J’appelle toute personne quel que soit son rang social. Cette situation est totalement inadmissible.”

Ceci est le message d’Achraf via sa page Facebook Justice pour Tony et qui ne risque pas de passer inaperçu. Le Maroc a tant connu de faits de tels, à noter l’affaire Ray ou formellement « Justice pour Ray » qui a été sujette à un débat d’ordre national où plusieurs associations ont fait preuve de coopération afin de créer une pétition pour mettre un terme à ces massacres pour le peu courants et purement banalisés.

 Mais à quand une vraie conscience à l’encontre de ce génocide animalier ? » Une question qui se répètera en boucle pour le reste des années à venir, avec une mentalité toujours aussi dénuée de toute once de compassion et d’humanité. N’est-il pas encore temps de mettre fin à ces massacres qui jonchent nos fils d’actualités sur toutes les plateformes et qui nous traquent l’ombre à jamais ? Encore une maltraitance qui prendra de l’ampleur et qui déchaînera son halo vers une victime d’autant plus vulnérable. Le Maroc est devenu un réel terreau fertile pour tous les déjantés à l’échelle internationale qui voit en la cause animale une futilité, voire une abjection. Zoophilie, maltraitance animale de haut calibre, abattage, euthanasie et la liste du palmarès en est assez longue et infecte, au sens propre du mot.

« Suite à l’assassinat de Tony, nous ne nous tairons plus jamais face à la violence contre les animaux. » Telle est la devise d’Achraf Damen, telle est notre devise. Pour l’amour de la Patrie et pour un futur meilleur.

#JusticepourTony et pour tous les animaux maltraités au Maroc.