Legisport: Quid de l’antidopage?

Députée du RNI, Mme Nawal El Moutawakil a beau poser une question sur la lutte contre le dopage. Sa question et son commentaire sont pertinents mais il a manqué un peu de « sel » dans l’intervention de Mme l’ex-ministre de la Jeunesse et des sports à deux reprises et qui porte plusieurs casquettes ici et ailleurs !
Mme Nawal El Moutawakil a dans un premier temps interrogé le ministre de la Jeunesse et des sports,  Rachid Talbi Alami, sur la non mise en place de l’Agence Nationale de Lutte contre le dopage en vertu de la loi qui vient d’être promulguée. La réponse du ministre a été on ne peut plus claire: la mise en oeuvre de l’Agence Nationale de Lutte contre le dopage est tributaire de la promulgation des textes d’application. Mme Nawal El Moutawakil a saisi cette occasion pour attirer l’attention du ministre sur des compléments alimentaires qui viennent de l’étranger  alors que ces derniers contiennent des substances prohibées par l’Agence Mondiale Antidopage. Et ce sont bien sûr les trafiquants du dopage qui en tirent profit! Encore une promesse du ministre pour attaquer ce problème en décrétant  des normes comme référentiel pour faciliter la tâche aux services douaniers.
Mais ce que Mme Nawal El Moutawakil n’a pas dit et c’est là que le bât blesse: C’est le fait de ne avoir déploré la nonchalance du ministère de la Jeunesse et des sports quant à astreindre les fédérations sportives à avoir un programme national pour lutter contre le dopage par le biais de la convention d’objectifs. Si l’on excepte la Fédération Royale Marocaine d’Athlétisme qui a son propre programme national de lutte contre le dopage et qui est financé par ses propres moyens, aucune fédération sportive au Maroc ne dispose d’un pareil programme en l’occurrence les dirigeants des fédérations qui viennent de prendre les rênes du CNOM. La responsabilité incombe en premier lieu au ministère de la Jeunesse et des sports qui subventionne tout sans consacrer le moindre centime à la lutte contre le dopage.