Le projet de loi organique relative à la mise en œuvre du caractère officiel de l’Amazigh, un pas important en matière de gestion de la diversité

Le projet de loi organique définissant le processus de mise en œuvre du caractère officiel de l’Amazigh et son intégration dans le système éducatif constitue un pas important en matière de gestion de la diversité au Maroc et de préservation des droits de l’ensemble des composantes de la société marocaine, a souligné mercredi à Rabat, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laaraj.

Lors d’une réunion de la commission de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants, M. Laaraj a indiqué que cette rencontre permettra d’approfondir le débat autour de ce projet national, afin de l’adapter aux exigences du présent et de l’avenir. Ce projet de loi, qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’article 5 de la constitution est le couronnement d’un long processus visant la valorisation de la langue et de la culture amazigh, a-t-il relevé, notant que le discours d’Ajdir en 2001 a marqué un tournant décisif dans ce processus, notamment après la création de Institut Royal de la culture amazigh (IRCAM) et l’introduction de la langue amazigh dans le système éducatif et les médias.

L’objectif majeur de ce projet est de renforcer la place de l’amazigh dans les différents domaines et assurer son introduction dans le système éducatif, l’action parlementaire, les médias, les administrations et l’ensemble des services publics, a-t-il fait savoir. Il a indiqué que sa mise en œuvre sera progressive et s’effectuer à travers l’élaboration de plans d’action par départements ministériels, collectivités territoriales, institutions publiques et organes constitutionnels, comprenant des modalités et des étapes d’intégration progressive de la langue amazigh dans les domaines concernés.

Il a également noté que ce projet est le fruit d’une approche participative, notamment à travers les mémorandums adressés au ministère par l’IRCAM et l’interaction avec les revendications des différents partis et forces démocratiques. Les différentes interventions des groupes parlementaires ont salué les dispositions du projet de loi organique, le qualifiant d’historique, tout en soulignant la nécessité d’accélérer le processus de promulgation de ce projet.

Les différents groupes ont également souligné l’importance de peaufiner davantage ce projet de loi organique, d’instaurer le droit des Marocains résident à l’étranger à apprendre la langue amazigh et de former les enseignants de l’Amazigh.