Le Prix de reconnaissance de la JICA décerné à deux anciens ambassadeurs du Maroc au Japon

L’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) a organisé, hier à Rabat, une cérémonie en l’honneur de Leurs Excellences Mohamed Tangi et Dr Samir Arrour, anciens ambassadeurs de S.M. le Roi au Japon. Les deux diplomates ont reçu le Prix de reconnaissance décerné par le président de la JICA. L’événement a vu la participation de plusieurs hautes personnalités, dont l’ambassadeur du Japon au Maroc, M. Takuji Hanatani, ainsi que des ministres, des ambassadeurs et des chefs d’entreprises japonaises.

Cette distinction honorifique constitue le fruit des efforts que ces deux personnalités n’ont cessé de déployer et du précieux soutien qu’ils ont apporté durant leur carrière afin d’assurer le succès de la coopération bilatérale et la consolidation des relations de fraternité et d’entente entre le Royaume et le Japon.

En leur remettant cette distinction, le Représentant résident de la JICA, Hitoshi Tojima, a rappelé l’accompagnement qu’ils ont assuré aux activités de la coopération maroco-japonaise, aussi bien durant les diverses fonctions qu’ils ont occupées au sein de l’administration publique qu’en tant qu’ambassadeurs du Maroc au Japon. «Le Prix de reconnaissance du président de la JICA est destiné à récompenser les personnes qui contribuent de manière significative à la consolidation des relations de coopération avec le Japon. Ceci est conforme à la nouvelle vision de la JICA dont le slogan est : Guider le monde en tissant des liens de confiance», a-t-il indiqué.

Pour l’ancien ambassadeur du Maroc au Japon Mohamed Tangi, «le Prix de reconnaissance de la JICA est surtout un hommage à la coopération exemplaire entre nos deux pays, exemplaire de par son esprit, sa conception et sa méthodologie, sa capacité de répondre aux besoins du processus de développement économique et social du Royaume, en termes de formation des ressources humaines, d’expertise technique et de construction d’infrastructures».

Même son de cloche auprès du Dr Samir Arrour, qui a noté que «la coopération entre le Maroc et la JICA concerne tous les domaines d’activité depuis les premiers projets qui ont concerné l’irrigation jusqu’aux derniers en date concernant l’administration, la gouvernance et l’éducation», ajoutant que l’Agence s’est ouverte aussi à l’encouragement des activités du secteur privé et des investissements.

De son côté, le chargé de mission au Cabinet Royal, Youssef Amrani, a souligné le rôle important joué par les deux ambassadeurs «dans la mise en œuvre de la vision de S.M. le Roi pour une coopération Sud-Sud agissante», affirmant que «la coopération avec le Japon a concerné des secteurs prioritaires pour le Maroc, comme celui de la pêche, contribuant ainsi à la croissance et à la création d’emplois».