Casablanca: La viande non contrôlée envahit les quartiers populaires

Les professionnels de la viande rouge sont inquiets. Dans certains quartiers populaires de Casablanca, la viande rouge se vend en dessous des prix du marché .  En effet, le kilogramme se vend entre 50 et 55 dirhams.   Hay Hassani, Derb Ghallef et souks hebdomadaires   sont  considérés comme les pourvoyeurs de la viande clandestine selon les  professionnels du secteur.

Selon 2M.ma, Le vice-président de la Fédération Interprofessionnelle Des Viandes Rouges Ramo Abdelali a expliqué que cette baisse de prix est dû certainement au développement du secteur de l’informel qui échappe à tout contrôle et qui écoule plus de 60 % de la consommation locale.

Par ailleurs ,  Ramo Abdelali a indiqué qu’en l’absence du contrôle de la part des autorités compétentes en ce domaine, les souks ruraux profitent de cette occasion pour écouler cette marchandise, non contrôlée, qui risque de nuire à la santé du consommateur.

Pour savoir si la viande est  contrôlée,  le vice-président a expliqué  qu’au niveau des boucheries les tampons utilisés  pour le contrôle sanitaire  est  de couleur marron et de forme ovale.   Concernant le contrôle de la qualité, le tampon utilisé  est de couleur rouge et de forme rectangulaire. Il signale le type de viande (bovine, ovine, cameline ou chevreau) et la qualité de la viande (qualité supérieure, qualité 1 ou qualité 2).  Pour ce qui est des abattoirs, deux tampons sont  aussi utilisés. Le premier de couleur marron de forme ovale mentionne le numéro du contrôle vétérinaire effectué et le numéro d’adhésion de l’abattoir. Tandis que pour le contrôle de qualité, le tampon  est  de couleur rouge forme rectangulaire et indique  aussi le type et la qualité de la viande.

Dans les souks hebdomadaires, un tampon de couleur rouge de forme ovale  est utilisé pour le contrôle sanitaire. Il mentionne  le numéro du contrôle vétérinaire effectué, l’origine et le genre de la viande ainsi que le numéro d’unité d’abattage.

« J’incite les autorités vétérinaires et les responsables locaux de multiplier les contrôles sanitaires et engager des enquêtes sur la provenance et les conditions d’abattage de cette viande afin de préserver le citoyen de tout problèmes pourront nuire à sa santé », confie le vice-président de la Fédération Interprofessionnelle Des Viandes Rouges.

Notons que  l’abattage clandestin est puni par la loi. L’article 25 de la loi 28-07 relative à la sécurité sanitaire des denrées alimentaires prévoit une peine d’emprisonnement de 6 mois à 5 ans et d’une amende d’un montant de 50.000 à 100.000 dirhams ou de l’une de ces deux peines. À signaler que la consommation des marocains en viande rouge avoisine les 15 kg par personne. Et les prévisions note une nette augmentation d’ici 2020, qui atteindra les 18 kg par habitant.