Coupe du Monde 2026: La FIFA recadre implicitement Fawzi Lekjaâ

Coupe du Monde 2026 La FIFA recadre implicitement Fawzi Lekjaâ Par PERSPECTIVES MED  Premier clash de la candidature du Maroc pour l’organisaton de la Coupe du Monde de Football 2026 : Une circulaire de la FIFA adressée à toutes les fédérations nationales de football pour les mettre en garde quant à toutes formes d’aide ou de soutien qui proviennent des pays candidats à l’organisation de la Coupe du Monde 2026.

Référencée sous le numéro 1616, cette circulaire de six pages bien charpentée a d’abord été rendue publique sur le site de la FIFA. Comme on ne cache pas ce qu’il faut montrer. Pas comme à la Fédération Royale Marocaine de Football, un « Etat dans l’Etat » ! 

Qu’on le veuille ou non cette circulaire concerne directement la FRMF qui a signé plus de quarante conventions de coopérations avec des fédérations nationales de football notamment du continent africain. La FIFA est intenable quant au respect total de la transparence voire de l’intégrité de la candidature pour l’organisation de la Coupe du monde de Football 2026. On veille à éviter les erreurs du passé où l’achat des voix était monnaie courante.

Et c’est le mondial de 2022 qui aura lieu au Qatar qui fait déborder un vase plein de cloaques mafieux. Même Ahmad Ahmad, l’actuel président de la CAF a été surpris en flagrant délit en expliquant que l’argent qui lui avait été versé par le Qatar servait pour financer l’infrastructure sportive de son pays, Madagascar !

En tout cas, la procédure de la candidature pour organiser le deuxième événement sportif planétaire après les Jeux Olympiques a été bien verrouillée par la FIFA. La procédure est un processus de longue haleine. Si le Conseil de la FIFA est chargé de la présélection des candidatures,  le congrès (207 membres) décide désormais de la sélection pour que les candidats soient éligibles le jour « j »: le 13 juin 2018.

Vu les conditions drastiques suggérées dans la circulaire de la FIFA dont les codes de déontologie, d’éthique et de bonne conduite, il se peut qu’un des candidats défaillants soit exclu de la course avant même le vote définitif prévu le 13 juin 2018.  Les choses sérieuses ont déjà commencé  face à une candidature  marocaine qui va coûter les yeux de « l’athlète » . Comme cette déclaration récente  de Hicham Amrani à l’agence américaine AP (Associeted Press) qui s’est défaussé de toute responsabilité quant aux soupçons et aux accusations sur la corruption lors des candidatures précédentes du Maroc.