Code de la route: des amendes jusqu’à 30.000 dhs !

Le gouvernement n’a pris personne par surprise. Toutes les dispositions contenues dans le nouveau code de la route et qui rentrent en vigueur ont été votées il y a déjà près de 8 ans.

Ces dernières semaines, beaucoup de nouvelles règles en direction des automobilistes ou des piétons ont fait polémique au Maroc, notamment les amendes pour les piétons ne traversant pas aux passages qui leur sont dédiés ou encore l’interdiction pure et simple des pare-buffles, pourtant très appréciés des Marocains.

Dans son édition de ce lundi, le journal l’Economiste revient sur les principales dispositions contenues dans le nouveau code de la route qui vient de rentrer en application. Dans le cas par exemple de l’interdiction des pare-buffles, les véhicules ayant des barres échoueront au contrôle technique et les personnes qui persistent à les maintenir sur leurs véhicules sont passibles d’une amende salée comprise entre 5.000 et 30.000 dirhams et même une peine de prison.

Le quotidien revient également sur cette nouvelle sanction à l’encontre des piétons dont le montant forfaitaire s’il est payé sur place est de 25 dirhams. Cet article 187 du nouveau code prévoit en effet une amende pour les piétons qui rechignent à utiliser les passages dédiés.

Toutefois, si le passage est distant de plus de 50 mètres, le policier ne peut dresser le procès verbal.

Les piétons ne sont pas les seuls concernés puisqu’un automobiliste qui ne s’arrête pas au passage est passible d’une amende comprise entre 300 et 700 dirhams et fait face à une mise en fourrière de son véhicule.

En plus du durcissement de l’obtention du permis conduire, le ministre a encore quelques idées qu’il aimerait inclure dans une nouvelle loi, comme par exemple la limitation de la vitesse à 30km dans les zones à risques (écoles ou lieux d’habitations) ou encore la construction de passerelles pour les piétons. Avec toutes ces mesures, Najib Boulif espère voir le nombre de morts parmi les piétons baisser dans les prochains mois.

À lire aussi:
Code de la route: une application plus stricte en 2018