Le 5ème Sommet UA-UE condamne le traitement inhumain des migrants en Libye (Déclaration conjointe)

Le 5ème Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine et de l’Union Européenne, qui a clos ses travaux jeudi à Abidjan, a énergiquement condamné le traitement inhumain réservé aux migrants sur le territoire libyen et réaffirmé la volonté commune des deux parties de relever les défis liés à la migration et à la mobilité.

“Nous nous engageons résolument à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour mettre fin aux graves atteintes aux droits de l’Homme en cours contre les migrants africains en Libye”, lit-on dans une Déclaration conjointe sur la situation des migrants en Libye adoptée par le Sommet.

Appelant à l’ouverture, sans délai, d’”une enquête approfondie, crédible et indépendante sur la vente aux enchères présumée de migrants africains”, les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA et de l’UE ont souligné l’impératif d’examiner d’urgence les conditions dans lesquelles les migrants se trouvent en Libye et d’envisager les modalités d’apporter l’assistance idoine à l’effet de faciliter leur rapatriement, sur une base volontaire, dans leurs pays d’origine.

A cet effet, la Déclaration conjointe salue les initiatives prises par le président de la Commission de l’UA, en collaboration avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), et souligne l’engagement du Sommet à soutenir pleinement ces efforts salutaires.

La Déclaration invite, par ailleurs, tous les Etats de destination sur les territoires desquels se trouvent des migrants illégaux de suspendre leur retour forcé vers la Libye.

De même qu’elle lance un appel pressant à l’ensemble de la communauté internationale d’apporter un appui financier, matériel et technique aux efforts de la Commission de l’UA, de l’OIM et des pays dont les ressortissants sont bloqués en Libye, pour faciliter le retour de ceux parmi eux qui souhaitent être rapatriés.

“Nous avons été révoltés par les pratiques atroces rapportées par les médias, et subies par des migrants dans notre voisinage. Il s’agit d’un véritable déni de l’Humanité”, avait indiqué SM le Roi Mohammed VI, mercredi, dans un message au 5ème Sommet UA-UE à Abidjan en sa qualité de Leader de l’UA sur la Question de la Migration.

“Ces agissements, menés par des milices armées qui échappent au contrôle du gouvernement Libyen, appellent à un examen de conscience collectif de ceux qui sont complices et responsables de cette traite incompatible avec les droits fondamentaux de l’Humanité. Ces pratiques sont contraires aux valeurs et aux traditions du peuple Libyen frère”, avait souligné le Souverain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.