(Vidéo) Édouard Philippe: « En 2016, six projets marocains ont créé 220 emplois en France »

Edouard Philippe a indiqué mercredi à l’ouverture de la 13e rencontre de Haut niveau Maroc-France, qu’en 2016, six projets marocains ont été développés en France et ont permis de créer 220 emplois.

« Nous voulons être un partenaire de confiance et un partenaire qui prend ses responsabilités », a déclaré Édouard Philippe, premier ministre français à l’ouverture de la 13e rencontre de Haut niveau Maroc-France dont lés travaux ont débuté, jeudi à Rabat.

À cette occasion, Édouard Philippe a annoncé que la France va doubler l’enveloppe annuelle des prêts de l’Agence Française de Développement (AFD) en faveur du Maroc. « Le montant des prêts va atteindre 400 millions d’euros par an. Nous conforterons ainsi la place de premier bailleur de l’AFD au Maroc », a affirmé le premier ministre français.

Et d’ajouter: « Quand l’économie marocaine va bien, c’est également la possibilité pour les entreprises marocaines de se projeter. D’ailleurs, certaines investissent en France ».

Invitant, dans ce sens, les entreprises marocaines à investir en France pour développer leurs projets en Europe, Edouard Philippe a indiqué qu’en 2016, 6 projets marocains ont été développés en France et ont permis de créer 220 emplois. « C’est un début. Il faut arroser, accompagner », a-t-il souligné (voir la vidéo à la 17e minute).

Le chef de gouvernement a fini son propos en évoquant l’Afrique. « Je crois beaucoup à la capacité des entreprises françaises à conquérir des marchés et à se développer en Afrique à partir de l’économie marocaine. L’accompagnement en termes de services financiers, juridiques et commerciaux est réel », a-t-il relevé.

Et de conclure: « Pour faire face à une concurrence qui est souvent féroce et massive, nous rapprocher, faire converger nos complémentarités me semble de nature à nous permettre de mieux défendre nos intérêt collectifs sur l’ensemble du continent africain ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.