Casablanca: la prostitution dans les salons de massages dans le collimateur de la DGSN

La Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) mène actuellement une enquête pour lutter contre la prolifération de certains salons de massage qui servent de couverture pour des activités de prostitution.

Plus de 25 établissements sont concernés par l’enquête menée par la DGSN. Selon Assabah dans son édition du 10 octobre, les établissements visés se situent notamment sur le boulevard d’Anfa, qui connait la plus grande concentration, mais aussi des quartiers comme La Gironde, 2 Mars, Maârif et Gauthier.

Selon les éléments d’enquête disponibles, plusieurs salons de coiffure et massage, mais aussi certains hôtels, offriraient des «extras» à leur clientèle masculine. Les prix des services proposés iraient jusqu’à 800 dirhams de l’heure.

L’enquête a d’ailleurs révélé que la plupart de ces établissements ne disposent pas des autorisations nécessaires à la pratique de leur profession. En effet, ces derniers doivent disposer d’autorisations délivrées par une commission composée de représentants sanitaires, de pompiers, de la protection civile…

De plus, les employeurs n’exigeraient de leurs «masseuses» aucun diplôme, mais se contenteraient de choisir les filles les plus «séduisantes» afin d’attirer le maximum de clients. Ces dernières ne bénéficieraient d’ailleurs d’aucune couverture sociale, ni même de rémunération pour certaines qui doivent se contenter des «généreux pourboires» de leurs clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.