La présidente de la CGEM appelle à davantage de coordination entre les initiatives nationales et internationales en faveur de la femme entrepreneur

La présidente de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), Miriem Bensalah-Chaqroun, a appelé, mardi à Marrakech, à plus de coordination entre les initiatives nationales et internationales qui accompagnent la femme entrepreneur.

Intervenant lors d’un panel sur l’autonomisation des femmes dans le monde arabe organisé dans le cadre de la conférence régionale de croissance globale qui se tient à Marrakech sous le thème « possibilités pour tous: promouvoir la croissance, l’emploi et l’inclusion dans le monde arabe», Mme Bensalah-Chaqroun a plaidé pour plus de convergence et d’harmonisation entre ces initiatives qui ciblent les femmes chefs d’entreprises et pour une simplification des règles d’éligibilité pour pouvoir atteindre un résultat important et tangible.

Dans ce sens, elle a indiqué que les institutions internationales, notamment la Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont mis en place des fonds pour soutenir les femmes entrepreneurs mais, selon elle, ces initiatives manquent de bonne gouvernance et leur impact reste faible pour que la dynamique entrepreneuriale féminine soit durable. Pour sa part, la parlementaire, universitaire et militante, Hanane Achraoui, qui a mis l’accent sur la situation de la femme palestinienne qui souffre de discrimination et d’handicap exogène et endogène, a souligné l’importance de revoir les manuels scolaires pour lutter contre les stéréotypes qui freinent le développement de la femme en créant des passerelles entre l’école, l’université, les entreprises et le marché d’emploi.

De leur côté, les autres panélistes ont relevé l’importance d’intégrer les sciences et la technologie pour encourager l’innovation et la créativité qui permettent aux femmes de développer leurs personnalités et d’être plus compétitives et de mettre en place des politiques et programmes en faveur des femmes qui souffrent de discrimination.

Organisée à l’initiative du Maroc, du Fonds monétaire international (FMI), du Fonds monétaire arabe (FMA) et du Fonds arabe pour le développement économique et social (FADES), cette conférence a pour objectif d’échanger autour des moyens à même de relever les défis qui entravent les politiques du développement inclusif et d’examiner les mesures nécessaires pour élargir le champ d’exécution des réformes en vue de créer plus d’opportunités, notamment au profit des jeunes et femmes.

Cette rencontre a réuni des décideurs, des dirigeants d’entreprise et des représentants de la société civile des pays arabes pour échanger leurs idées et leurs expériences sur les moyens de créer les opportunités d’emploi.