CHAN 2018, quart de finale: La Libye rejoint le Maroc en demies

Pour le dernier match du Championnat d’Afrique des nations dans la capitale du Souss, le public du Grand Stade d’Agadir a été gâté. La Libye a remporté un succès étriqué devant le Congo en quart de finale et composte son billet pour le carré d’as de la compétition continentale. La rencontre démarre sur les chapeaux de roue, avec des Libyens décidés à conclure très vite, dès la troisième minute avec un centre de Ahmed El Maghasi, mal repris par Abdulrahman Khalifa. Le Congo réagit très vite, mais Jaures Ngombe est stoppé dans son élan par une défense libyenne aux aguets, avant que Nashnush sorte une parade réflexe pour contrer le coup franc insidieux de Junior Loussoukou.
Après un quart d’heure très animé, c’est la délivrance pour la Libye. Saleh Taher Saïd reprend de plein fouet un mauvais renvoi de Barel Mouko sur un centre de Motasem Sabbou (15e). Explosion de joie dans les gradins du stade d’Adrar. Le côté droit de la défense congolaise, qui était son point fort jusqu’ici, est devenu son point faible. Mais petit à petit, c’est bien le flanc gauche qui se charge de sonner la charge. Junior Makiesse égalise pour le Congo à 10 minutes de la pause, sur un contre éclair. Bissiki centre pour Prestige Mboungou, qui remise de la tête juste devant les buts. Makiesse reprend sans se tromper. Tout était à refaire dans ce match.

La Libye au bout du suspense
Les 22 acteurs refoulent la pelouse après une pause bien méritée, mais Makiesse est le seul à avoir gardé le rythme. L’attaquant de l’AC Léopards de Dolisie est tout feu tout flamme et il oblige Nashnush à sortir deux grandes claquettes pour dévier en corner. Contre le cours du jeu, la Libye manque l’occasion d’en finir, mais Alaqoub manque son face à face avec Mouko. Khalifa est tout près d’en finir au terme du temps additionnel, mais sa frappe du gauche s’en va mourir sur le petit filet.
Saleh Taher Saïd est l’auteur du premier tir des prolongations, après un slalom dans la défense, mais ça passe à côté. Les Libyens poussent, mais ne se montrent pas très dangereux. Tandis que les Congolais marchent sur les rotules. L’arbitre malgache hésite à siffler un pénalty après une faute de Bakoua sur Moftah Taktak, entré au cours de la prolongation. Mais Hamada Nampiandraza siffle la fin des 120 minutes de jeu et le sort des deux équipes doit être réglé depuis les onze mètres. À l’exercice mental, les joueurs sont bien rodés, même Prestige Mboungou, du haut de ses 17 ans. Tous sauf le capitaine du Congo, le chevronné, le grand frère Barel Mouko (38 ans). Prenant ses responsabilités, l’ancienne doublure de Vincent Enyeama à Lille tire au-dessus. Dans la foulée, Sanad et Maghasi marquent et propulsent la Libye en demi-finale, où les attend le Maroc de pied ferme, avec un jour de plus de repos et 30 minutes de moins dans les jambes. La grande différence mercredi est que le public marocain ne les encouragera pas, ou du moins pas au cours de la rencontre.

Déclarations

Moftah Taktak, attaquant de la Libye
«Nous remercions les publics tangérois et gadiri de leur soutien»
«C’était un match difficile, avec la prolongation et les tirs au but. Nous avons appliqué les consignes de l’entraineur à la lettre près et nous avons décroché cette qualification, pour laquelle je remercie Allah. En réalité, nous étions bien préparés, surtout pour le scénario des tirs au but. Ces deux derniers jours, nous avons beaucoup pratiqué les penalties et ça a marché. J’aimerais remercier du fond du cœur le public de Tanger, qui a été un des éléments qui ont participé à notre qualification aux quarts de finale. Ce soir, c’était au tour du public d’Agadir et les fans marocains étaient bien au rendez-vous. Je salue tout le monde ici au Maroc, parce que nous nous sommes sentis comme à la maison. Le match contre le Maroc se jouera à chances égales, comme c’est toujours le cas dans les matchs à élimination directe.»

Barthélémy Ngatsono, sélectionneur du Congo

«La chance a souri à la Libye, tant mieux pour eux»
«J’ai vu un match très animé où les deux équipes ont fourni du bon spectacle. Je suis déçu du résultat bien évidemment, mais je ne peux rien reprocher à mes joueurs, à part quelques erreurs dans le dernier geste. On est revenus dans le match et on a maintenu le résultat jusqu’aux tirs au but. La chance a souri aux Libyens, tant mieux pour eux. Nous rentrons au Congo avec une idée claire sur ce que nous devons améliorer. Barel (Mouko) a raté un penalty et c’est une chose qui arrive à beaucoup de monde, on ne va pas l’accabler plus que ça. Le CHAN ? C’est un tournoi qui a été très utile pour nous, dans la mesure où on a pu voir des joueurs qui évoluent dans notre Championnat. Des jeunes qui méritent de passer le cap et étoffer la base de la sélection A. C’était donc un tournoi bénéfique.»