Prévention de la radicalisation: le ministre belge des AE salue l’approche marocaine

L’expérience marocaine en matière de prévention de la radicalisation attire l’attention non seulement de la Belgique, mais aussi d’autres Etats européens, a affirmé, mercredi soir 24 janvier à Rabat, le vice-Premier ministre et ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reydners.

En réponse à une question qui lui fut posée lors du point de presse tenu à l’issue de ses entretiens avec le ministre marocain des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita, Didier Reynders a indiqué que l’échange de renseignements entre les deux pays se développait de manière «très efficace».

Sur ce point, Nasser Bourita a souligné que des mécanismes permanents d’échange de renseignements ont été mis en place, permettant ainsi une communication régulière entre les services de sécurité des deux pays. Des instructions claires ont été également données pour le renforcement de la coopération entre les services de sécurité des deux pays, suite à une conversation téléphonique entre le roi Mohammed VI et Philippe, roi des Belges, datant de mars 2016, a-t-il rappelé.

Redynamiser les relations bilatérales

Par ailleurs, le ministre belge des Affaires étrangères a réaffirmé la volonté de son pays de renforcer les consultations bilatérales «au-delà des débats ponctuels sur les phénomènes de la migration et de lutte contre le terrorisme».

«On doit reprendre le chemin d’une consultation politique plus forte, pour faire en sorte qu’à travers nos deux pays, des points de convergence existent entre l’Union européenne et l’Union africaine», a-t-il souligné.

Didier Reydners a, par ailleurs, annoncé l’organisation par la princesse Astrid d’une mission économique importante en novembre 2018 afin de redynamiser les relations de commerce et d’investissement entre les deux royaumes.

Cette mission, qui connaîtra la participation de plus de 400 représentants d’entreprises et d’universités belges, permettra également d’examiner cette relation «triangulaire» ou «trilatérale» avec d’autres partenaires en Afrique, afin de permettre à des entreprises marocaines et belges de porter des projets dans des pays de ce continent, a-t-il ajouté.

Le ministre belge s’est également félicité du retour du Maroc au sein de l’Union africaine, tout en exprimant sa conviction qu’il trouvera sa place dans tous les organes de l’organisation continentale.

Ces entretiens interviennent dans le cadre d’une visite de travail de deux jours de Didier Reydners au Maroc afin de renforcer la coopération et les relations unissant les deux royaumes.