La moitié des Marocains vit avec moins de 1.000 dirhams par mois

Un rapport récemment publié par l’ONG Oxfam met le doigt sur les inégalités au Maroc. Les avancées réalisées par le royaume ne semblent pas profiter à tous les citoyens.

En dépit des avancées réalisées par le Maroc dans différents domaines, les inégalités entre différentes couches de la société restent fragrantes. Les chiffres figurant dans le dernier rapport d’Oxfam donnent le tournis. L’on apprend ainsi que la moitié des Marocains vit avec moins de 966 dirhams par mois (11.589 dirhams par an).

Le quotidien Assabah, qui se fait l’écho de cette information dans son édition de ce mercredi 24 janvier, souligne que le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) ne profite pas à tout le monde, en particulier aux femmes. «En tout cas, le SMIG ne suffit pas pour arracher les hommes et les femmes à la misère», commente le journal.

Toujours côté chiffres, le rapport susmentionné indique que plus d’1,5 million de Marocains vivent au-dessous du seuil de pauvreté, et sont donc incapable de subvenir à leurs besoins élémentaires. 4,2 millions de citoyens vivent dans la précarité.

Le taux de la pauvreté est plus élevé dans les campagnes où plus de 10% des habitants vivent au-dessous du seuil de pauvreté.

Pour leur part, les villes illustrent les inégalités entre les deux sexes en matière d’emploi, sachant que seules 22% des femmes intègrent le monde du travail, contre 65% des hommes.

En revanche, souligne le rapport cité par Assabah, le niveau de pauvreté dans le royaume a reculé de 15,3% en 2001 à 4,8% actuellement.