Education: le ministère traque les enseignants absentéistes

Le ministère de l’Education nationale lance la traque des enseignants absentéistes. Ponctions sur salaire et mesures disciplinaires sont à l’ordre du jour. Les détails.

Le ministère de l’Education nationale a émis une nouvelle circulaire à l’attention des responsables locaux et régionaux pour mettre un tour de vis supplémentaire à l’absentéisme des enseignants.

Al Ahdath Al Maghribiya rapporte, dans son édition de ce mercredi 24 janvier, que cette circulaire incite les responsables locaux et régionaux à signaler, preuves à l’appui, les enseignants «fantômes» via un système informatique dédié.

Ledit système, ajoute le journal, aide aussi à suivre l’assiduité, au jour le jour, des enseignants et des fonctionnaires du corps pédagogique.

La même circulaire, citée en référence par Al Ahdath, incite les responsables du ministère à prendre les mesures légales qui s’imposent. Dans un premier temps, il s’agit de ponctionner les salaires des absentéistes en fonction des jours chômés de manière indue.

Dans un deuxième temps, et en cas de récidive, les responsables du ministère sont appelés à faire jouer les autres mesures réglementaires. Parmi elles, la traduction des absentéistes devant des conseils de discipline, seuls habilités à prendre des sanctions administratives, tout en laissant la possibilité aux concernés de se défendre et de faire appel aux décisions qui leur paraîtraient abusives.

Al Ahdath signale que ces mesures devraient entrer en vigueur prochainement, les responsables du ministère en question devant activer les procédures précitées avant la mi-février 2018.

Rappelons que le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la formation professionnelle a désormais, et ce depuis lundi 22 janvier, un nouveau patron, le Haraki (MP) Saïd Amzazi, nommé par le roi Mohammed VI pour succéder à Mohamed Hassad.