Prix du gasoil: les transporteurs haussent le ton

C’est un véritable bras de fer que se livrent le gouvernement et les transporteurs routiers. Ces derniers brandissent l’arme d’une grève imminente et menacent de revoir à la hausse les prix des transports. Les raisons de cette colère des professionnels du secteur:

Les professionnels du transport routier des voyageurs et des marchandises menacent d’une revue des prix à la hausse et d’un débrayage qui risque de paralyser l’activité dans le secteur. Ces professionnels reprochent au gouvernement de Saâd-Eddine El Othmani d’avoir retardé les procédures administratives leur permettant de bénéficier des subventions accordées au gasoil professionnel, qui consiste à distinguer la TIC (taxe intérieure de consommation, composante du prix du gasoil) sur le gasoil consommé par les véhicules professionnels du transport public routier de celle sur le gasoil consommé par les non transporteurs, entreprises ou particuliers. Cette formule est censée permettre aux transporteurs professionnels de récupérer la TIC dont ils se sont acquittés.

Dans une déclaration au quotidien Akhbar Al Yaoum, qui rapporte cette information dans son édition de ce mardi 23 janvier, Ahmed Ettaki, secrétaire général du syndicat de l’union générale des professionnels du transport, accuse le gouvernement d’avoir agi avec une mauvaise intention. «Le gouvernement a signé le décret permettant aux transporteurs professionnels de bénéficier de la subvention, tout en retardant les mécanismes administratifs de sa mise en œuvre effective», a-t-il déclaré, tout en s’interrogeant sur «le sort des formulaires donnant droit à cette subventions et tardant à être mis à la disposition des professionnels du secteur».

Le responsable syndical a également reproché aux walis et gouverneurs leur refus de tenir les réunions avec les divisions des affaires économiques et sociales, au niveau des provinces et des préfectures, pour l’obtention d’une subvention pouvant atteindre deux dirhams pour le litre du gasoil. Face à ces agissements du gouvernement, le responsable syndical impute à l’Exécutif la responsabilité des répercussions de telles décisions sur le secteur et les usagers.