La « baleine bleue » fait une nouvelle victime à Tanger [MAJ]

Les habitants du quartier Dhar Lahmam à Béni Makada ont été secoués, hier mercredi 17 janvier, par le suicide d’un enfant de 8 ans à cause du jeu internet «Défi de la baleine bleue».

L’enfant, à peine âgé de huit ans, s’est donné la mort en se pendant à l’aide d’un foulard de sa mère dans son domicile parental.

Alertés par ce drame, les services de police sont arrivés sur le lieu et ont ordonné le transfert du corps de la victime à la morgue de l’hôpital provincial de Tanger après les premières constatations.

La police a entendu les membres de la famille du défunt qui, de son vivant, n’avait pas de problème de quelque ordre que ce soit et qui était très apprécié de ses proches et de son entourage.

Les premiers éléments de l’enquête avancent que l’enfant a été victime du jeu internet «The blue whale challenge» (Défi de la baleine bleue).

L’origine de ce jeu morbide reste difficile à déterminer, mais il a été médiatisé en Russie en 2016 à travers une enquête parue dans le journal russe Novaya Gazeta suite à des dizaines de suicides d’adolescents.

Les instigateurs de ce jeu pourraient être trois jeunes hommes russes, Philippe Boudeïkine (aussi appelé Philip Fox), Philipp Liss, et More Kitov; le premier ayant été arrêté et mis en examen en novembre 2016 pour incitation au suicide, et condamné en juillet 2017 à trois ans de prison pour deux suicides, au terme d’un procès à huis clos en Sibérie.

Dans des pays arabes, comme l’Algérie et la Tunisie, le «Défi de la baleine bleue» a fait plusieurs victimes.

MISE À JOUR:

La DGSN affirme que le 8e arrondissement de la préfecture de police de Tanger, appuyé par des techniciens de la scène du crime, a fait le constat, mercredi soir, du corps d’un enfant âgé de huit ans, retrouvé suspendu à l’aide d’une écharpe attachée à un clou planté dans un mur d’une chambre du domicile familial situé à Dahr El Hammam, souligne la DSGN dans une mise au point.

Les investigations et l’examen médical ont montré que le corps du défunt ne portait aucune trace de violence ou de résistance, ajoute la DGSN, précisant que tous les témoignages et déclarations recueillis avancent l’hypothèse de la mort accidentelle due à l’inattention de l’enfant alors qu’il était en train de jouer avec l’écharpe de sa mère en compagnie de sa petite sœur, écartant ainsi de façon catégorique l’acte de suicide.

L’examen et l’observation de l’état des lieux révèlent également l’absence de tout signe ou trace du jeu dit « Défi de la baleine bleue », d’autant que « le défunt et sa famille ne disposent d’aucun appareil informatique permettant de télécharger des applications du jeu évoqué par l’information rapportée par ces sites », précise la DGSN.

À lire aussi:
Le défi de la baleine bleue fait peur aux ONG marocaines