Justice: étude d’une proposition de loi incriminant les actes de racisme et de discrimination raciale

Une nouvelle proposition de loi incriminant les actes de racisme et de discrimination raciale à l’encontre des étrangers a été présentée, le 16 janvier, par le groupe parlementaire de l’Istiqlal lors de la réunion de la Première chambre.

La proposition du parti de l’Istiqlal propose ainsi des peines de prison allant de 1 à 3 ans à l’encontre de tout individu coupable de propos ou des faits discriminatoires à l’encontre de résidants étrangers au sein du royaume. Selon Al Massae dans son édition à paraitre le 17 janvier, le groupe parlementaire a appelé le gouvernement à prendre des mesures sévères à l’encontre des individus qui encouragent des actes racistes en tout genre, ce qui nuit à l’image du royaume, au niveau national tout aussi bien qu’à l’international.

La proposition a par ailleurs encouragé l’état à faire procéder à un recensement régulier des groupements d’étrangers ainsi que des catégories défavorisées. L’objectif de cette proposition est de pouvoir identifier les lacunes qui persistent afin d’intégrer ces catégories dans la société de façon optimale.

Le groupe parlementaire de l’Istiqlal a ainsi déclaré que le Maroc est devenu un Hub pour les migrants subsahariens qui souhaitent rejoindre l’Europe, et de ce fait, doit leur offrir un niveau de vie correcte, ainsi que des droits basés sur l’équité et l’égalité. Le groupe a indiqué qu’il est temps de mettre fin au racisme et à la discrimination entre Marocains et subsahariens. La proposition appelle ainsi à abolir toutes les formes de discriminations au sein du royaume, qui représente une terre d’accueil pour ces migrants en quête d’un avenir meilleur.