Le public, casse-tête des organisateurs du CHAN

Après les images encourageantes du match d’ouverture du CHAN entre le Maroc et la Mauritanie, regardé par 36.000 spectateurs, les organisateurs de la compétition ont rapidement déchanté. Les matchs Guinée-Soudan et Côte d’Ivoire-Mali avaient des airs de huis clos.

Trouver des supporters pour remplir les stades du CHAN 2018, voilà le cauchemar des organisateurs de cette compétition, organisée pour la première fois dans le royaume. Le match d’ouverture entre le Maroc et la Mauritanie n’était finalement qu’un trompe-l’œil. Car les deux matchs qui lui ont succédé n’ont pas attiré les foules, mettant un peu plus dans l’embarras le comité d’organisation qui désespère de voir se garnir les gradins du CHAN, rapporte le quotidien Assabah dans son édition du mardi 16 janvier.

La déception est d’autant plus grande que les organisateurs tablaient sur la présence en moyenne de 10.000 supporters par match. Un résultat loin d’être atteint puisque lors de l’autre confrontation du groupe A, entre le Soudan et la Guinée, pas plus de 2.500 supporters ont regardé le match depuis les gradins. 5.000 supporters ont quant à eux assisté à la rencontre entre la Côte d’Ivoire et la Namibie, pour la plupart des ressortissants de ces deux pays, affirment nos confrères.

Les organisateurs ont donc dû se rendre à l’évidence. La compétition n’attire pas foule. Et il est difficile de rééditer lors de chaque match la logistique qui a permis la forte affluence du public lors du match d’ouverture, où les agents d’autorités ont été rudement mis à contribution pour attirer les Marocains vers le complexe sportif Mohammed V. Mais ce n’est pas qu’au Maroc où le CHAN est boudé. La compétition n’a jamais vraiment emballé le public des différents pays qui ont organisé le CHAN depuis sa première édition en 2011.