Décès de deux « femmes-mulets » à Bab Sebta

Deux « femmes-mulets » ont trouvé la mort dans une bousculade survenue ce lundi matin 15 janvier vers 6H30 à Bab Sebta. Une troisième « femme-mulet » a été grièvement blessée dans cette bousculade et a été transférée dans un état grave au service de réanimation de l’hôpital de M’diq. Les détails.

Le drame des « femmes-mulets » à la frontière de Bab Sebta se poursuit. Ce matin du lundi 15 janvier vers 6 heures 30 du matin, Souad Zniber, 27 ans, Ilham ben Cherif, 43 ans, sont décédées dans une bousculade au point de passage de Bab Sebta. Une troisième personne, F.S, âgée de 32 ans, a été grièvement blessée. Aux dernières informations, elle a été transférée au service de réanimation de l’hôpital de M’diq.

Les faits se sont produits lorsque les deux femmes qui ont trouvé la mort aux premières lueurs du jour « ont essayé de se frayer une place dans la file de manière désordonnée alors que d’autres femmes étaient là bien avant elles, ayant passé la nuit sur place », relate notre source. Un accrochage a eu lieu entre plusieurs femmes et c’est ce qui aurait provoqué la bousculade. 

Pour sa part, dans son édition du lundi 15 janvier, le quotidien espagnol El Mundo, précise que l’incident s’est déroulé sur la colline la plus proche de la frontière marocaine de Bab Sebta. « Ici à Tarajal II, les autorités espagnoles séparent les piétons transporteurs de marchandises, des nettoyeurs ménagers et des travailleurs réguliers », rapporte la publication.

Ce n’est pas la première fois qu’un tel drame se produit. La pression à Bab Sebta se fait de plus en plus grande pour les transporteurs de marchandises. Au mois d’août dernier, quatre femmes avaient été piétinées par la foule.

Pour essayer de juguler la pression du flux, les autorités marocaines avaient autorisé le passage des femmes tous les matins du lundi au jeudi.

Mais rien n’y fait. Malgré cela, des centaines de personnes font la queue toute la nuit pour entrer dès l’aube à Sebta et bloquent la circulation des piétons et des véhicules, rappelle El Mundo.

Ce drame vient rappeler l’urgence pour les autorités espagnoles et marocaines de trouver une solution à ce problème récurrent.