Pays de merde: l’ONU juge choquants et racistes les propos de Trump

L’ONU a jugé que les propos, rapportés par des médias, de Donald Trump à l’encontre de plusieurs nations africaines et de Haïti, qu’il a qualifiés de « pays de merde » lors d’une réunion à la Maison-Blanche, étaient « choquants », « honteux » et « racistes ».

« Si c’est confirmé, il s’agit de commentaires choquants et honteux de la part du président des Etats-Unis. Désolé, mais il n’y a pas d’autre mot que ‘racistes' », a déclaré le porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme, Rupert Colville, lors d’un point de presse à Genève.

« Il n’y a pas d’autre terme à utiliser que celui de ‘raciste' », a déclaré Rupert Colville, interrogé à ce propos lors d’un point de presse à Genève.

« On ne peut pas traiter des pays et des continents entiers de ‘pays de merde’ dont les populations, qui ne sont pas blanches, ne seraient donc pas les bienvenues », a-t-il ajouté.

« Ce ne sont pas seulement des propos vulgaires, c’est révéler la face la plus sombre de l’humanité, c’est justifier et encourager le racisme. »

En Afrique du Sud, une responsable du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir, a jugé « extrêmement insultantes » les déclarations du président américain.

« Notre pays n’est pas un pays de merde, pas plus qu’Haïti ou aucun autre pays en souffrance », a dit Jessie Duarte, secrétaire général adjointe de l’ANC.

« Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici? », a demandé le président Trump lors des discussions, selon le quotidien qui cite plusieurs sources anonymes. Selon elles, l’homme d’affaires devenu président faisait référence à des pays d’Afrique ainsi qu’à Haïti, expliquant que les États-Unis devraient plutôt accueillir des ressortissants de la Norvège, dont il a rencontré la Première ministre la veille.

Toujours de même source, les sénateurs présents ont été déconcertés par ces propos. La Maison-Blanche n’a pas nié que le président américain a tenu ces propos.