Prés de 7000 marocains vivent du ramassage des ordures

Ils sont prés de 7.123 Marocains à vivre du ramassage d’ordures. Parmi eux, 5.308 personnes œuvrent en ville et 1.811 se rendent dans les décharges publiques. C’est ce que rapportent des chiffres du secrétariat d’Etat chargé du développement durable.

De plus en plus de Marocains vivent du ramassage d’ordures. Ce phénomène prend de l’ampleur dans les villes et au sein des décharges installées en périphérie. C’est ce qui ressort des récentes données, rendues publiques, d’une étude du secrétariat d’Etat chargé du développement durable.

Le quotidien arabophone Assabah, qui reprend ces chiffres édifiants dans son édition du mercredi 10 janvier, rapporte que prés de 7.123 Marocains tirent leurs revenus de l’activité de la collecte d’ordures. 5.308 personnes travaillent à collecter les ordures en ville et 1.811 sont affectées aux décharges publiques, aux côtés des sociétés de gestion d’ordures. 14% des techniciens de surface sont des femmes, comme vient le rappeler cette étude. Prés de 254 femmes gagnent donc leur vie dans le ramassage d’ordures.

Autre chiffre édifiant: 40 à 60% des éboueurs marocains sont âgés d’à peine 20 ans. L’étude signale que ces éboueurs risquent leur vie dans ce métier, puisqu’ils peuvent à tout moment être contracter des maladies incurables suite au contact avec des déchets médicaux.

L’étude en question soumet une série de propositions pour la remise en question de la gestion des déchets ménagers dans les décharges. Un guide pédagogique de prévention des risques a été réalisé et adressé à cette tranche de la population qui vit du ramassage d’ordures.

La Cour des comptes s’est aussi intéressée à ce phénomène puisqu’elle a tiré la sonnette d’alarme à propos des personnes qui fouillent dans les ordures, trient et parfois même recyclent. Dans la décharge de Medouina à Casablanca, leur chiffre avoisinerait les 500 personnes.

À lire aussi:
Après les piétons, gare aux fumeurs et à ceux qui jettent des ordures dans la rue