Les tentatives d’ébranler l’ancrage du Maroc dans le continent africain vouées à l’échec

Le Maroc demeure fortement ancré dans son continent et toute tentative menée par des parties visant à ébranler l’ancrage du Royaume en Afrique est vouée à l’échec, souligne le journal indien The Times of India.

« Le Maroc ne pourrait pas être séparé de l’Afrique (…) Le Royaume est fortement ancré dans son continent, ainsi toute tentative visant à déstabiliser son attachement à l’Afrique est vouée à l’échec », a relevé le quotidien dans un article d’opinion publié, en fin de semaine, sur son portail électronique.

Les actes provocateurs du polisario au niveau de la région de Guergarate sont « démasqués », estime l’auteur de l’article qui précise que le front séparatiste tente de bloquer la seule voie terrestre devant le Maroc pour empêcher son accès à l’Afrique subsaharienne, en essayant de dresser une barrière physique et une autre psychologique devant la présence croissante du Royaume dans le continent.

Cette stratégie menée par le polisario est vouée à l’échec, vu que le Maroc n’a pas rejoint seulement sa famille institutionnelle africaine, mais il a aussi investi fortement en faveur du développement commun des pays frères au sein du continent, poursuit-il. Le front séparatiste ressent certainement l’impact significatif du retour du Maroc à l’Union Africaine en janvier 2017, ajoute la publication, notant que le Royaume a décidé de rompre avec la politique de la chaise vide, d’affronter la thèse fallacieuse du polisario dans les forums internationaux et de veiller à dresser, à travers le Sahara, un pont vers les pays du continent africain, relève le journal.

Revenant sur la forte position du Maroc, la portail met l’accent sur l’adoption, la semaine dernière, par la Chambre des députés du Chili, à une écrasante majorité, d’une résolution de soutien à l’initiative marocaine d’autonomie.

En tant que premier investisseur en Afrique subsaharienne et deuxième investisseur au continent, le Maroc est engagé de manière ferme pour relever les défis africains dans les domaines de la sécurité alimentaire, le développement durable, le changement climatique et la lutte contre la pauvreté, la sécurité énergétique, la santé, l’éducation, outre la lutte contre le terrorisme transfrontalier.

Le Royaume ne ménage aucun effort pour développer la région du Sahara grâce à un investissement important concernant plusieurs secteurs d’activité, notamment les infrastructures, l’agriculture, l’aquaculture, en plus du renforcement de la gouvernance locale, juge le quotidien. Et de conclure que le projet marocain d’autonomie du Sahara soumis par le Royaume aux Nations Unies en 2007 reste l’option la plus crédible pour trouver une solution durable au conflit artificiel dans la région.

À lire aussi:
2017, annus horribilis pour le polisario et l’Algérie en Europe