Le Polisario défie la Minurso et maintient sa présence à Guerguerat

Une nouvelle violation de l’accord de cessez-le-feu a été perpétrée vendredi 5 janvier dans la région de Guerguerat, où des éléments de la soi-disant « police civile » du Polisario ont pénétré sous le regard des casques bleus de la Minurso. Les détails.

Nouveau développement dans la région de Guerguerat, où deux véhicules appartenant à la soi-disant « police civile » du Polisario ont pénétré vendredi 5 janvier et font toujours le pied de grue sur la seule voie terrestre reliant le sud marocain au nord de la Mauritanie. Cette nouvelle incrusion, après celle du mercredi 3 janvier, met en danger sérieusement l’accord de cessez-le-feu et met à rude épreuve la patience de la Minurso, dont le nouveau chef, le Canadien Colin Stewart, a été installé le 29 décembre dernier.

Si aucun incident n’a été pour l’heure enregistré, à la suite de cette nouvelle incursion, la tension reste de mise dans cette région déclarée tampon en vertu de l’accord de cessez-le-feu du 6 novembre 1991.

Cette nouvelle épreuve de « force » de la part du Polisario intervient à trois jours du passage du Rallye Monaco-Dakar, lundi 8 janvier, sur la seule route terrestre reliant le sud marocain au nord de la Mauritanie. L’agissement du Polisario résonne ainsi comme une tentative de « parasitage » pour ce rallye vieux de dix ans. Un acte de gangstérisme qui ne devrait pas passer impunément, d’autant moins que le SG de l’ONU, Antonio Guterres, a été on ne peut plus clair en précisant, en février 2017, que « le trafic routier (NDLR: sur la voie terrestre reliant le Maroc à la Mauritanie) ne doit pas être entravé ».

Selon nos sources, le Maroc a bel et bien interpellé la Minurso sur cette escalade savamment orchestrée à Alger, appelant la Mission à mettre fin aux incursions du Polisario à Guerguerat, conformément à l’esprit de la résolution 2351 adoptée fin avril 2017 par le Conseil de sécurité.