Des journalistes poursuivis pour avoir dévoilé des informations confidentielles

Un député parlementaire et quatre journalistes risquent jusqu’à cinq ans de prison pour divulgation d’informations sur le travail d’une commission d’enquête sur les retraites.

Quatre journalistes et un député parlementaire ont été convoqués par le procureur du roi au Tribunal de première instance de Rabat, pour une audience prévue le 25 janvier. Mohamed Ahaddad (Al Massae), Abdelhak Belachgar (Akhbar Al Yaoum), Kaoutar Zaki et Abdelilah Sakhir (Aljarida24), ainsi que Abdelhak Hissane, membre de la Chambre des conseillers, font l’objet d’une plainte de Hakim Benchemass, président de la Deuxième chambre.

Nos confrères sont poursuivis pour « publication d’informations concernant une commission d’enquête » parlementaire sur les retraites. Abdelhak Hissane, syndicaliste de la Confédération démocratique du travail (CDT) est accusé de « divulgation du secret professionnel et participation dans la publication d’information ayant trait à la commission d’enquête« , selon Telquel Arabi.

En vertu de l’article 14 de la loi organique 085.13 relative aux modalités de fonctionnement des commissions d’enquête parlementaires, les cinq accusés risquent des amendes de 1000 à 10.000 dirhams ainsi que des peines d’un à cinq ans de prison.

Joint au téléphone, Mohamed Ahaddad reste serein sur la suite des événements, mais estime la décision disproportionnée: « Nous risquons aujourd’hui la prison, alors que nous avons un Code de la presse qui ne prévoit aucune peine d’emprisonnement pour les journalistes, c’est scandaleux ».