On sait pourquoi il y a tant d’accidents sur les routes marocaines

Le secrétaire d’état au transport, Najib Boulif, vient de faire une révélation surprenante et éloquente pour comprendre les raisons du nombre excessif d’accidents sur les routes marocaines.

Selon lui, 60% des permis de conduire délivrés ne l’ont pas été sur la base de conditions objectives et en toute transparence.

Le haut responsable de ce secteur aux bilans catastrophiques année après année, explique que les permis de conduire obtenus dans cette proportion sont loin de l’avoir été dans les normes requises avec rigueur et sans le recours à la corruption ou au favoritisme.

Et d’enfoncer le clou en donnant pour exemple le cas de deux auto-écoles qui ont présenté pas moins de 700 candidats avec zéro échec dans l’obtention du fameux sésame pour tenir le volant. Comment alors ne pas comprendre dans ces conditions que le taux d’accidents de la route ne soit pas parmi les plus élevés au monde.

Le raisonnement tient la route, sans jeu de mots, et le secrétaire d’état ne perd pas espoir de remettre les conducteurs marocains sur le bon chemin à coups de réformes, dont celle du passage de l’examen que ses services viennent d’introduire afin de parer au irrégularités et aux manquements des fonctionnaires chargés des centres d’examen.

Révision de la base des questions orales et du déroulement de l’examen pratique, nouvelle formation des moniteurs et chasse aux examinateurs corrompus, l’éventail des nouvelles mesures adoptées restera-t-il suffisant s’il n’est pas accompagné d’une éducation civique? Najib Boulif n’a pas encore de réponse à cette question.

À lire aussi:
Guerre ouverte contre les permis de conduire traficotés
Obtenir son permis de conduire au Maroc sera beaucoup plus dur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *