Ahmed Toufiq: « le Maroc compte plus de 14.000 écoles coraniques »

Le ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a présenté, jeudi soir, devant le roi, un résumé du rapport annuel sur le bilan des activités du Conseil supérieur et des Conseils locaux des oulémas. Les détails.

Présentant, jeudi soir, devant le roi, lors de la veillée religieuse présidée par le souverain à la mosquée Badr à Rabat à l’occasion de l’Aid Al Mawlid Annabaoui Acharif, un résumé du rapport annuel sur le bilan des activités du Conseil supérieur et des Conseils locaux des oulémas, le ministre a souligné que grâce aux orientations continues de du roi et à sa haute sollicitude, le Maroc a connu l’éclosion d’une architecture de prédication moderne, rigoureuse dans ses fondements et renforcée et soutenue par ses outils et mécanismes, répondant aux besoins des fidèles et préservant la religion contre toute instrumentalisation, exploitation ou déviation.

Toufiq a également indiqué que la célébration de cette veillée constitue une occasion pour s’arrêter sur tout ce qui a été accompli, sous la conduite éclairée du roi, dépositaire de la charge suprême d’Imarat Al Mouminine, pour la diffusion des nobles préceptes et valeurs de l’Islam.

Le souverain se distingue à notre époque par la préservation des fondements de la Charia, tant sur le plan théorique que théologique, a poursuivi le ministre, mettant l’accent sur l’intérêt accordé au Saint Coran, l’encadrement assuré par les oulémas, la bienveillance entourant les mosquées et les préposés religieux, ainsi que le développement de l’enseignement originel.

En matière de diffusion du Saint Coran, le ministre des Habous et des Affaires islamiques a relevé que 1,7 millions d’exemplaires du Livre Saint ont été imprimés cette année par la Fondation Mohammed VI pour l’édition du Saint Coran et la contribution des éditeurs autorisés, rappelant également l’encouragement des déclamateurs du Coran via l’augmentation du nombre des enregistrements audio.

Au sujet de l’action des Oulémas, Toufiq a fait observer qu’outre le programme annuel du Conseil supérieur et des Conseils locaux des oulémas, cette action a été rehaussée à la faveur de plusieurs initiatives, notamment la mise à jour du programme de qualification des imams, le lancement du prix du prêche, une des manifestations de la haute sollicitude dont le roi entoure les prêcheurs, et la publication d’un document d’orientation qui définit les règles fondamentales devant présider à l’élaboration et à la prononciation du prêche.

La Fondation a élaboré un guide scientifique et pratique pour les morchidines officiant dans les rangs des Forces Armées Royales, au moment où la Commission des finances participatives a mis en place des dépliants détaillant les caractéristiques concernant les produits de financement, l’utilisation des dépôts et des « fenêtres participatives », l’ouverture de compte à la demande, le contrat de Morabaha, les modèles des documents contractuels relatifs aux garanties, à l’assurance Takaful et les Sukuk.

Taoufiq a relevé que l’année dernière a connu une avancée dans le débat doctrinal entre les Ouléma sur la base de propositions consignées dans un ouvrage intitulé « Sabil Al Oulamae’’ (La voie des savants), le but étant de clarifier le contenu des constantes et leurs dimensions dans la vie de la Oumma en vue de renforcer sa conviction et son immunité contre la déviation et l’extrémisme.

Concernant les mosquées, le ministère leur a consacré un budget estimé à 766 millions DH, a-t-il dit, notant que ce budget a servi à la construction de 15 grandes mosquées, le lancement des travaux de construction de 17 autres, la réhabilitation de 890 des mosquées fermées pour dysfonctionnement ou problématique au bâtiment, la restauration de cinq mosquées historiques, la réhabilitation de 12 mosquées de cette catégorie, l’équipement de 2.000 autres de tapis et l’entretien de 170 autres.

Et de rappeler que Sa Majesté le Roi avait donné le coup d’envoi des travaux de construction de trois grandes mosquées à Dar Essalam, à Conakry et à Abidjan. Le Souverain avait également donné Ses instructions pour la réhabilitation de la mosquée Yamoussoukro, a-t-il ajouté.

S’agissant des préposés religieux, le ministre a indiqué que l’Institut Mohammed VI pour la formation des Imams prédicateurs et des prédicatrices a formé la 12epromotion des imams marocains, ajoutant que le rayonnement de l’Institut s’est accru à l’international.

L’année dernière a été également marquée par la publication du Dahir portant approbation du règlement intérieur de la Commission nationale chargée du traitement des plaintes et doléances des préposés religieux.

Pour ce qui est du volet social, la Fondation Mohammed VI pour la promotion des œuvres sociales des préposés religieux au titre de cette année a dispensé une série de prestations sociales ayant bénéficié à 90.000 membres. Ces prestations se rapportent à l’aide médicale, à l’aide au logement, au mariage, à la scolarité des enfants, outre le soutien des projets générateurs de revenus au profit des veuves et des personnes aux besoins spécifiques.

Ils concernent également l’insertion des enfants des préposés religieux titulaires de diplômes universitaires dans le marché d’emploi en partenariat avec le secteur privé, l’organisation de sessions de formation qualifiée au profit de certains de leurs enfants sans travail, outre l’aide en cas d’invalidité et de décès.

Concernant l’enseignement originel, plus de 14.000 écoles coraniques enseignent le Saint Coran à 450.000 bénéficiaires dont 40 % sont de la gente féminine. Des autorisations ont été accordées pour l’ouverture de 300 nouvelles écoles coraniques.

Les établissements de l’enseignement originel, tous niveaux confondus, continuent de bénéficier du soutien financier et pédagogique, a conclu le ministre.

À lire aussi:
(Vidéo) Un vieillard russe de 121 ans a été opéré pour retrouver la vue et relire le Coran

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *