Ouverture à Madagh de la 12ème Rencontre mondiale du soufisme

Les travaux de la 12ème édition de la Rencontre mondiale du soufisme, organisée par la Tariqa Qadiriya Boutchichiya en partenariat avec la Fondation Multaqa (Rencontre) et le Centre Euro Méditerranéen pour l’Etude de l’Islam Aujourd’hui (CEMEIA), ont débuté, mardi à Madagh (province de Berkane), sous le thème « Soufisme et diplomatie spirituelle: dimensions culturelles, développementales et civilisationnelles ».

Placé sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, ce forum scientifique de quatre jours (28 novembre-1er décembre) connaît la participation de près de 70 universitaires, chercheurs et intellectuels venus des quatre coins du monde.

Les conférences prévues à cette occasion seront animées par des experts venant notamment d’Angleterre, du Canada, de Chine, des Etats Unis, de France, du Madagascar, du Mali, du Maroc, du Mexique, du Niger, du Pakistan et du Sénégal.

Selon les organisateurs cette rencontre académique ambitionne de mettre en relief le rôle joué par la diplomatie spirituelle dans le rapprochement entre les peuples et civilisations par le biais de la diffusion des valeurs nobles de l’Islam notamment le vivre-ensemble, la tolérance, la paix et le respect de l’autre.

Ils expliquent dans ce sens que la dimension religieuse et spirituelle fait partie intégrante de la diplomatie parallèle, notant que  » le soufisme a été pendant longtemps une référence à la fois spirituelle et culturelle de la communauté musulmane visant la purification de l’âme, l’élévation vers l’excellence du comportement et la consécration des caractères nobles et les plus hauts degrés de la réalisation spirituelle ».

De grands espoirs reposent sur cette diplomatie spirituelle, soulignent-ils, relevant que le Maroc, grand héritier de la tradition soufie, est un pays pionnier de cette diplomatie propageant les valeurs de paix, de solidarité et de tolérance.

Intervenant lors de la séance inaugurale, le Directeur de la Rencontre mondiale du soufisme, Mounir Kadiri Boudchich, a mis en avant le rôle que joue aujourd’hui la diplomatie spirituelle qui s’appuie principalement sur l’éducation soufie, relevant que grâce aux valeurs universelles qu’il véhicule, le soufisme a le potentiel de renforcer les liens entre les peuples et de créer une dynamique qui dépasse la dimension spirituelle pour englober les dimensions politique, économique et culturelle.

‘’Nous devons nous inspirer des valeurs de l’Islam qui sont fondées sur la tolérance et la consécration de la coexistence, en vue de créer et de livrer un discours islamique authentique qui honore l’Islam et les Musulmans et confortent leurs liens avec les autres composantes culturelles’’, a-t-il dit.

Selon M. Kadiri Boudchich, la diplomatie spirituelle est de nature à renforcer les dimensions et les relations spirituelles, culturelles, développementales et civilisationnelles entre les pays, les continents et les peuples.

Deux conférences étaient au programme de la première journée de cette 12è Rencontre, dont la première a été axée sur ‘’Le soufisme et la diplomatie spirituelle : introduction théorique’’ et au cours de laquelle les intervenants ont traité de la diplomatie du dialogue avec l’autre à la lumière du Saint Coran, de la relation entre l’éducation spirituelle et la diplomatie spirituelle.

L’autre conférence qui a porté sur ‘’La diplomatie spirituelle et son rôle dans la connaissance des peuples’’ a débattu des soufis et leur rôle culturel et civilisationnel, des dimensions sociologiques de la diplomatie spirituelle, de la purification et son impact sur les individus et la communauté, et de la diplomatie spirituelle marocaine dans le continent africain.

Des chercheurs présents à Madagh ont souligné dans des déclarations à la MAP l’importance des questions posées par cette rencontre académique, notamment celles relatives à la contribution de l’héritage soufie au rapprochement entre les peuples et à la propagation des valeurs humaines nobles prônant la cohabitation, la tolérance et l’acceptation de l’autre.

Les participants à cette édition débattront de plusieurs sujets notamment « diplomatie spirituelle et fondement d’une culture de paix », « rôle de la diplomatie spirituelle dans la prévention contre l’extrémisme », « diplomatie spirituelle et capital immatériel des peuples », « diplomatie spirituelle marocaine et profondeur stratégique africaine » et  » diplomatie spirituelle et les enjeux nationaux ».

En marge de cette édition, la Fondation Moultaqa organisera la 5é édition du village solidaire dédiée à l’économie sociale et solidaire, les 3èmes assises de l’écologie musulmane qui réuniront enseignants, chercheurs, scientifiques et activistes autour d’une question commune, celle de la spiritualité comme réponse à la crise climatique actuelle, en plus de la 1ère édition de l’université citoyenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *