Le Président de l’UA salue l’engagement Panafricain de SM le Roi

Le Président de la République de Guinée, Président de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine (UA), M. Alpha Condé s’est félicité, mercredi à Abidjan, de la participation de SM le Roi Mohammed VI au 5ème Sommet UA-UE, saluant l’engagement “panafricain” du Souverain.

“Nous nous réjouissons et félicitons de la présence” de SM le Roi Mohammed VI qui “démontre l’engagement panafricain du Souverain et Sa foi en la dignité et l’unité de l’Afrique”, a souligné M. Condé lors de la cérémonie d’ouverture du 5ème Sommet Union Africaine – Union Européenne.

“Cela ne nous étonne guère quand on connait le rôle joué par le Maroc, sous la conduite de feu SM Mohammed V, dans la création de l’Organisation de l’Unité africaine”, a poursuivi le Président de l’UA.

Sur un autre registre, M. Condé a relevé qu’après la déclaration politique de Bruxelles en avril 2014 et en dépit des résultats accomplis, la réalisation des objectifs demeure compromise par une multitude de défis liés à la sécurité, aux changements climatiques et à la question du financement du développement.

Il a étayé que les deux Unions se sont investies énormément pour apporter des réponses à ces défis, comme c’est le cas pour la lutte anti-terroriste avec l’exemple de la force G5-Sahel.

L’Afrique a connu dernièrement ses pires années avec la crise au Sahel, des crises économiques et la détérioration des indicateurs macroéconomiques en plus d’un contexte mondial “qui ne nous a pas aidé non plus”, a signalé M. Condé, notant que sur cette période, “nous avons quand même avancé sur certains dossiers”.

En rapport avec le thème du Sommet, le président de l’UA a indiqué qu’en 2050, la population africaine comptera 2,4 milliards d’habitants, insistant qu’il faut faire de cette donnée démographique un atout et un vecteur de développement, en se penchant sur plusieurs chantiers, liés principalement au tandem Education-Formation et à l’épanouissement intellectuel et culturel des jeunes.

Selon lui, il faut aussi accorder davantage d’importance au développement du monde rural, à la mise à niveau des infrastructures et à la promotion du secteur des énergies.

Pour atteindre le développement auquel aspire le contient, a-t-il ajouté, il faut absolument disposer de compétences qualifiées et adéquates qui pourront accéder au marché du travail.

Il sied également de promouvoir le secteur privé en Afrique afin de pouvoir absorber les nouveaux arrivants en améliorant notablement les conditions nécessaires à l’investissement.

“L’Afrique a décidé de parler d’une même voix et notre intégration économique va renforcer notre crédibilité, par rapport notamment à la réalisation des Objectifs pour le développement durable, dont l’esprit rime avec l’agenda 2063 de l’Afrique”, a-t-il dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *