L’auteur de la pétition contre la construction d’une mosquée à Agadir s’explique

Lancée jeudi dernier, la pétition contre la construction d’une mosquée à Agadir a beaucoup fait parler d’elle. Mohammed Reda Taoujini , qui est derrière cette pétition en question, nous éclaire sur les raisons et les conséquences de sa démarche.

Tout commence lorsque sur la route entre Agadir et Taghazout, Mohammed Red Taoujini découvre une grande pancarte sur laquelle figurait un appel au dons. « On y demandait de l’aide pour collecter des fonds pour la construction d’une mosquée. Le montant 35.800.000 m’a interpellé. Je connais le quartier, il a été construit pour reloger les gens qui habitaient des bidons villes donc c’est un quartier très fragile, où il n’y a pratiquement rien… Consacrer un montant aussi énorme que 35.800.000 de dirhams pour la construction d’une mosquée est aberrant  » nous déclare Mohammed Reda Taoujini.

Une fois lancée, la pétition fait vite le tour du web et est signée par plus de 800 personnes en une semaine. Mohammed Reda nous assure qu’elle a été bien accueillie chez les habitants d’Agadir qui ont encouragé l’initiative.  » À Agadir, il y a eu la mosquée El Houda, en construction depuis cinq ans parce qu’elle faisait 10.000 m2 et qu’on n’a jamais pu finir. Les habitants ont beaucoup encouragé notre initiative parce que justement ils ne veulent pas voir ce scénario se répéter » nous a-t-il souligné.

La colère de l’association « construction de la mosquée Ibn Tachfine »

Mais si les habitants d’Agadir voient du bon œil la pétition, l’association « Construction de la mosquée Ibn Tachfine » sont toujours mobilisés. Dans une lettre envoyée à différents responsables dont le procureur du roi du tribunal de première instance d’Agadir, les membres de l’association dénoncent la pétition qu’ils décrivent comme étant « une entrave au bon déroulement de leur projet ».  » Ce qui fait d’une personne un bon musulman ce n’est pas de bâtir une mosquée, mais plutôt d’être tolérants et d’accepter les idées des autres. Dans la lettre, ils devaient au moins montrer qu’ils avaient compris l’idée derrière cette pétition au lieu d’attaquer et de menacer de poursuivre en justice les personnes qui étaient derrière elle » nous a confié Mohammed Reda.

Et de poursuivre:  » Je n’ai en aucun cas accusé l’association de détournements de fonds d’argent, je ne comprends pas pourquoi ils en parlent dans leur lettre. Mais sur ce sujet, l’Etat devrait contrôler un peu plus les dons en général. Comme les donateurs refusent de déclarer publiquement leurs noms, c’est plus facile de faire des montants ce qu’on veut (…) On ne demande pas d’éradiquer la mosquée, mais d’opter pour une mosquée simple avec un budget moins important et soutenir des projets plus prioritaires. En plus, il y a déjà deux mosquées dans ce quartier qui est très pauvre »

Mohammed Reda Taoujini a par ailleurs envoyé une lettre au roi Mohammed VI pour demander son intervention pour que le Ministère des Habous encadre les bénévoles qui souhaiteraient construire des mosquées grandioses, suivant des études de besoins définies dans les quartiers ou villes où ils souhaitent les construire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *