Les 5 clichés les plus répandus des Subsahariens sur le Maroc

Découvrez certains des clichés que les populations d’Afrique subsaharienne ont sur le Maroc.

C’est connu, le Maroc est aujourd’hui une destination très visitée. Chaque année, des centaines de milliers de personnes y affluent pour faire du tourisme, passer des vacances, étudier, travailler, demander l’asile, se soigner, etc. Et récemment, avec la nouvelle dynamique économique impulsée par le roi Mohammed VI, qui se traduit notamment par la forte implantation des entreprises nationales en Afrique subsaharienne et le retour du pays à l’UA, la cote de popularité du royaume va en croissant sur le continent.

L’image du Maroc en Afrique subsaharienne a bien changé avec le temps. Il y a quelques années, le royaume était un mystère pour une bonne partie des populations d’Afrique subsaharienne, et les clichés, plus fous les uns que les autres, ne manquaient pas. Certains persistent d’ailleurs.Voici certains des clichés que les subsahariens ont sur le Maroc.

Le Maroc est un pays très musulman
Certains parents musulmans d’Afrique subsaharienne voient d’un très bon œil le fait que leurs enfants viennent poursuivent leurs études supérieures au Maroc. Le royaume étant considéré comme un pays musulman avec un roi qui agit comme le guide des croyants, ils espèrent que leurs progénitures ne s’ »écarteront » pas du droit chemin.

Toutes les Marocaines portent le voile
Un ami ivoirien m’a une fois confié qu’avant de venir au Maroc, il s’attendait à voir un pays très strict sur la religion, où la séparation des sexes est claire partout, et où toutes les femmes sont voilées. Sans oublier l’architecture qu’on imaginait très « Moyen-orientaise », dans le genre « Les Milles et une nuits ».

Les Marocains sont racistes
Cette thèse s’est malheureusement vérifiée… mais seulement de la part d’une très petite portion de la société marocaine. Il y a du racisme au Maroc, mais comme on pourrait le trouver partout ailleurs.

Un eldorado pour les footballeurs subsahariens
«Je me disais qu’il suffisait d’arriver ici pour jouer», nous confiait avec regret un jeune footballeur subsaharien sans club dans un article précédent. Comme lui, nombreux sont qui croient que les footballeurs engagés dans des clubs des différentes ligues marocaines sont généreusement payés et vivent dans le luxe. Mais ils déchantent une fois qu’ils foulent le sol du royaume.

Le couscous, nourriture nationale
Un cliché qui a la vie dure, et qu’on retrouve sur tous les continents. Mais pas besoin de commentaire quand on connaît la richesse et le succès de la gastronomie marocaine dans le monde entier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *