Armes chimiques: le Maroc porté à la présidence de la 22e Conférence de l’OIAC

Le Maroc a accédé à la présidence de la 22e Conférence des Etats Parties à la Convention sur l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC) qui a entamé, lundi à la Haye, ses travaux avec l’élection des membres de ses différentes instances et l’adoption de l’ordre du jour.

Le Maroc a été porté à la présidence de cette conférence, à l’unanimité, en la personne d’Abdelouahab Bellouki, ambassadeur du royaume à la Haye et son représentant permanent auprès de l’OIAC. Intervenant à l’ouverture de cette conférence, Bellouki a salué le soutien des pays africains et la confiance qu’ils ont placée dans le Maroc pour présider cette 22e session.

Après avoir souligné le rôle de l’Organisation dans la destruction des armes chimiques dans plusieurs pays et l’esprit de dialogue constructif qui marque ses travaux, Bellouki a appelé les membres de l’OIAC à persévérer dans leur mobilisation et leurs efforts dans le but d’atteindre l’objectif d’interdiction totale de ces armes dans le monde.

Dans une déclaration à la MAP, il a souligné que l’élection du Maroc à la présidence de cette 22e conférence et le soutien du groupe africain témoigne de la confiance placée dans le royaume en tant que membre dynamique de l’OIAC et souligne la place de choix qu’il occupe au sein de sa famille africaine.

Cette élection illustre également la priorité qu’accorde le Maroc à l’Afrique dans sa politique étrangère et le rôle capital qu’il joue dans la défense des causes du continent dans le concert des nations, a ajouté l’ambassadeur. Et de souligner que la présidence marocaine œuvrera à faire entendre la voix de l’Afrique et à plaider en faveur de l’utilisation de l’industrie chimique propre à des fins de développement et de prospérité des peuples du continent.

Il y a lieu de rappeler que le Maroc a contribué activement au processus qui a conduit à l’élaboration puis à l’adoption de la Convention sur l’interdiction des armes chimiques qu’il a signé en 1993. Après la ratification de la convention en 1995, le Royaume a pris part à toutes les sessions de la Conférence des États Parties. Il a été élu en 2015 vice-président de la Conférence et a siégé, au nom du groupe africain, à plusieurs commissions et organes de l’organisation.

Le royaume a été réélu pour un nouveau mandat de deux ans (2017-2019) au sein du Conseil exécutif de l’OIAC au sein de laquelle il a siégé, au nom du groupe africain, pendant 19 ans. De même, il a été élu en 2016 en tant que membre de la Commission de la Confidentialité et membre du Comité consultatif pour l’éducation et la sensibilisation.

À rappeler que le groupe africain est le plus grand groupe régional au sein de l’OIAC. Composé de 52 États Parties à la Convention sur l’Interdiction des Armes chimiques, le groupe africain est représenté par 9 États, dont le Maroc, au conseil exécutif de l’Organisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *