(Vidéo) La chaîne de télévision Arte s’intéresse au calvaire des « femmes mulets »

La chaîne de télévision franco-allemande Arte a réalisé un reportage sur le calvaire des «femmes mulets» à Melilla.

Le court-métrage a mis en lumière ces femmes qui luttent quotidiennement pour survivre. Ces porteuses acheminent chaque jour plusieurs colis en franchissant le passage frontalier. Là-bas, les colis importés à pieds sont affranchis de taxes.

L’économie de la ville autonome s’appuie sur de nombreux avantages fiscaux attrayants, offrant un marché florissant. Toutefois, ce marché conséquent de près de 300 millions d’euros par an ne profite essentiellement qu’aux commerçants et contrebandiers. Les «femmes mulets» ne représentent que le dernier maillon de la chaîne.

Parmi elles, Nora El-Kakou effectue cette tâche pénible depuis seize ans. «J’ai 43 ans et je m’appelle Nora, j’ai six enfants et je suis veuve… Travailler pour la contrebande, c’est très difficile. Pour passer la frontière, c’est de pire en pire, tout repose sur mes épaules», dit-elle en tentant de se frayer un chemin dans la foule.

«Quand mon mari était encore en vie, il m’aidait à payer le loyer, il emmenait les enfants à l’école, s’occupait de nous. Maintenant, je dois tout faire toute seule, le ménage, la cuisine, les devoirs…», poursuit-elle.

Durant la journée, des quantités avoisinant les 60 kg sont transportés sur son dos, aujourd’hui meurtri. «Avec les 30 euros, près de 330 dirhams, je vais pouvoir faire à manger à mes enfants, rembourser une partie de mes dettes… Je suis heureuse d’être à la maison tout simplement», conclut-elle avec un sourire timide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *