Le rôle des avocats dans l’accompagnement des MRE

Le ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger (MRE) et des affaires de la migration organise, en partenariat avec l’Association des barreaux du Maroc, le deuxième Forum des avocats marocains résidant à l’étranger, ces 24 et 25 novembre à Agadir. Au menu figurent plusieurs thématiques en relation avec l’exercice de la profession d’avocat ainsi que les droits juridiques des MRE.

Après avoir agi pour l’installation du réseau des «Avocats marocains du monde», le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration rassemble les membres de ce réseau afin de discuter des problématiques qui les concernent. En effet, le département chargé des MRE organise à Agadir, ces vendredi et samedi, en partenariat avec l’Association des barreaux du Maroc, le deuxième «Forum des avocats marocains résidant à l’étranger».

Au menu de ces deux journées figurent des thématiques qui intéressent tout particulièrement les «Avocats du monde». Il s’agit, entre autres, de «L’accompagnement juridique et judiciaire des MRE en situation de vulnérabilité (personnes âgées, détenus, mineurs non accompagnés)», «Les mécanismes de coopération et de coordination entre l’Association des barreaux du Maroc et le réseau des avocats MRE», ainsi que «Les défis auxquels se heurte la profession d’avocat à l’ère de la globalisation».

Les organisateurs de cet événement estiment qu’à l’ère de la globalisation, la profession d’avocat au Maroc se heurte à des difficultés et des défis liés à la libre circulation du corps de la défense lors de l’exercice de ses activités à l’extérieur du pays. Ce qui est relevé particulièrement en cas de recours à l’arbitrage ou pour fournir des consultations et des conseils ou à l’occasion de la rédaction d’actes juridiques au profit de personnes morales ou physiques.

Les deux journées devront ainsi permettre d’échanger concernant les pistes de réflexion à développer dans la perspective de la libéralisation et de la consolidation de la profession d’avocat au niveau international. Dans ce sens, «l’une des pistes à approfondir serait de renforcer les mécanismes de coordination et de coopération entre l’association des barreaux du Maroc, le réseau des avocats MRE et les institutionnels, aussi bien au Maroc que dans les pays d’accueil», annoncent les organisateurs.

Cela s’impose d’autant plus qu’il ressort de l’état des lieux des doléances de certaines catégories vulnérables des MRE que leur situation nécessite un accompagnement juridique et judiciaire adéquat. Ainsi, cette prise en charge passe inévitablement par le renforcement des droits acquis, durant leur résidence dans les pays d’accueil, et leur préservation en cas de retour au Maroc. Il faut citer dans ce sens l’exemple des droits à la retraite et la couverture médicale pour les personnes âgées, l’harmonisation de la législation en vigueur dans les pays d’accueil avec les dispositions des conventions internationales portant sur les mineurs et protection contre les décisions de refoulement abusif des détenus.

Une autre question qui sera évoquée lors de cette rencontre concerne le régime d’assistance juridique et judiciaire en vigueur dans les pays d’accueil. Ce régime, ratifié dans le cadre des conventions bilatérales conclues avec le Maroc, répond-il aux besoins et aux attentes des populations cibles ? Cette question et d’autres feront ainsi l’objet de débats et d’échange au cours de ces deux journées auxquelles sont attendus des membres du gouvernement, des magistrats, des directeurs au sein du ministère de la Justice, des experts nationaux et étrangers, en plus de membres des barreaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *