Fès: un réseau de trafic international de voitures volées démantelé

La police judiciaire de Fès a démantelé, jeudi, un réseau criminel spécialisé dans le vol avec violence et le trafic international de voitures volées, arrêtant quatre de ses membres présumés.

Sur la base d’informations précises fournies par la Direction générale de surveillance du territoire national (DGST), le service préfectoral de la police judiciaire de Fès, a démantelé hier jeudi, un réseau criminel spécialisé dans le vol avec violence et le trafic international de voitures volées, arrêtant quatre de ses membres présumés à Fès et à Salé.

Le démantèlement de ce réseau est l’aboutissement des investigations menées par les services de sûreté après l’enregistrement de plusieurs cas de vol de voitures avec violence, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), notant que ces investigations se sont soldées par l’arrestation à Fès du principal suspect, un repris de justice recherché pour constitution de bande criminelle.

Le principal suspect a été appréhendé en flagrant délit en compagnie de l’un de ses complices et en possession d’une voiture faisant objet d’un avis de recherche international pour vol émis par les autorités sécuritaires espagnoles, relève la même source, ajoutant que deux autres complices ont été interpellés à Fès et à Salé.

Les perquisitions effectuées par les services de sûreté dans les domiciles des mis en cause se sont soldées par la saisie de trois voitures, dont une de type 4×4 faisant l’objet d’une déclaration de vol avec violence datant du 11 novembre courant à Salé, et une autre faisant objet d’un avis de recherche international lancé en Espagne, précise la DGSN, ajoutant que les expertises techniques se poursuivent pour déterminer la provenance du quatrième véhicule.

Les opérations d’inspection des voitures saisies ont abouti à la saisie plusieurs documents d’immatriculation, d’identification et de permis de conduire falsifiés aux noms des suspects, ainsi que des barres de fer, des clés, des cartes et des chèques bancaires, des sommes d’argent et des téléphones portables, fait savoir la même source.

Les mis en cause ont été placés en garde à vue pour les besoins de l’enquête menée par la Brigade nationale de police judiciaire (BNPJ) sur instruction du parquet compétent en vue de dévoiler l’ensemble des activités et extensions de ce réseau criminel, conclut le communiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *