Rabat: des peines de prison à l’encontre d’un réseau de falsification de certificats médicaux

Le tribunal de première instance de la ville de Témara a condamné, la semaine dernière, à des peines privatives de liberté l’ensemble des accusés dans une affaire de falsification de certificats médicaux qui avait secoué le CHU Ibn Sina de Rabat.

Selon le journal Al Massaa dans son édition du mardi 21 novembre, le principal accusé a écopé de deux ans de prison ferme et d’une amende de 500 dh. Un autre prévenu a pour sa part été condamné à un mois de prison ferme, à 500 dh et à une compensation civile de 5000 dh. Deux autres personnes ont écopé de trois mois de prison ferme.

La même source indique que la partie civile avait requis de poursuivre les accusés pour falsification de certificat, exploitation du statut de fonctionnaire public pour délivrer un certificat comprenant de fausses informations, vol et outrage à la police judiciaire.

Pour rappel, cette affaire a éclaté lorsqu’un citoyen a porté plainte auprès de la gendarmerie de Témara accusant une voisine avec laquelle il est en conflit de détenir un certificat médical signé par un médecin qui n’exerce plus depuis plusieurs mois. Ce denier a en effet quitté le territoire pour suivre ses études. D’ailleurs, le plaignant a assuré qu’il est parti à l’hôpital pour s’assurer de l’authenticité du certificat.

Le journal ajoute que les investigations menées par la police judiciaire ont dévoilé l’existence d’un réseau dirigé par un chômeur qui usurpe l’identité d’un médecin afin de falsifier des certificats en contrepartie d’importantes sommes d’argent variant selon la durée d’invalidité demandée.

L’enquête a ainsi permis l’arrestation du faux médecin en possession de plusieurs certificats aux noms de plusieurs personnes.

Le quotidien rapporte que l’accusé principal a reconnu les faits qui lui sont reprochés avouant exercer cette activité depuis trois ans. Cet individu a également confié qu’il a exploité son ancienne fonction au sein de l’hôpital Ibnou Sina pour subtiliser deux livrets de diagnostic médical ainsi que des cachets de deux médecins. C’est ainsi qu’il a démarré son activité illicite recourant des fois aux services d’un agent de sécurité et un entrepreneur qui ont également été arrêtés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *